Terrorisme : l'application "alerte attentat" jugée inefficace par les sénateurs

Un rapport du Sénat vient de sévèrement remettre en cause le système "alerte attentat" conçu après les attaques terroristes de novembre 2015.

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Obsolète, défaillant, contestable, c'est ainsi qu'un rapport sénatorial décrit le système d'alerte en cas d'attentat. L'application pour smartphone lancée par le ministère de l'Intérieur est au cœur des critiques : elle alerte mal, trop tard, voire pas du tout. Créée après les attentats de novembre 2015, elle souffre également d'un manque de popularité, qui la rend moins utile selon le rapport. "Le nombre de téléchargements de l'application, de l'ordre de 900 000 à mi-2017, n’apparaît pas suffisant pour atteindre la masse critique permettant d'alerter toute la population présente sur un site concerné par une alerte".

Une évaluation programmée ?

L'application est aussi jugée trop lente par le rapport. "Pour l'attentat à Nice le 14 juillet 2016, elle a mis deux heures à se déclencher, alors que tous les réseaux sociaux d'ailleurs, Facebook, Twitter... avaient déjà alerté la population", déplore le sénateur LR de la Sarthe, Jean-Pierre Vogel. Selon le journal Le Monde, une évaluation de l'application "alerte attentat" est prévue par le ministère de l'Intérieur, mais pas de date en vue pour l'instant.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'application SAIP a été lancée le 8 juin 2016.
L'application SAIP a été lancée le 8 juin 2016. (BERTRAND GUAY / AFP)