L'unique centre de déradicalisation de France, situé en Indre-et-Loire, va fermer

Le centre de Pontourny, dont le projet était d'accueillir des jeunes en voie de radicalisation sur la base du volontariat, n'accueillait déjà plus aucun pensionnaire.

Le centre de Pontourny, à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire), le 13 septembre 2016.
Le centre de Pontourny, à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire), le 13 septembre 2016. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"L'expérience ne s'est pas révélée concluante." Le ministère de l'Intérieur a annoncé, vendredi 28 juillet, la fermeture du centre de déradicalisation de Pontourny, situé à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire). Cet établissement, unique en son genre, avait pour projet d'accueillir des "jeunes radicalisés en voie de marginalisation". Il avait ouvert ses portes en septembre 2016.

"L'expérimentation d'un centre d'accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites", selon le ministère. Très critiqué, ce lieu d'une capacité de 25 places, qui a hébergé jusqu'à neuf personnes, n'accueillait plus aucun pensionnaire depuis février. Aucun jeune n'a suivi le programme jusqu'à son terme. A la mi-juillet, un rapport sénatorial avait préconisé la fermeture de Pontourny et appelé à "renoncer à la généralisation" de ce type de structures.

Dysfonctionnements et riverains inquiets

Le centre avait reçu la visite, en octobre 2016, de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, à l'époque respectivement Premier ministre et ministre de l'Intérieur. Son ouverture s'était heurtée à l'hostilité des riverains et les élus avaient exprimé de fortes réticences. Pour vaincre ces oppositions, le gouvernement s'était engagé à n'intégrer que des volontaires, qui ne seraient "pas sous main de justice pour faits de terrorisme, n'auraient pas tenté d'aller en Syrie ou n'auraient pas été condamnés pour des faits de violence".

Les riverains étaient restés opposés au centre, estimant notamment avoir été floués après deux "dysfonctionnements" : en septembre 2016, un pensionnaire avait dû être exclu après la révélation de précédentes condamnations pour des faits violents et, en janvier, l'interpellation en Alsace d'un pensionnaire de Pontourny lors d'une opération antijihadistes avait constitué "le couac de trop", selon le député PS de la circonscription.

Le gouvernement envisage d'autres "structures"

Cette fermeture ne signifie pas pour autant "l'abandon d'une politique de prise en charge des publics en voie de radicalisation dans des structures adaptées, affirme le ministère. Le gouvernement étudiera la possibilité d'ouvrir des structures de petite taille" pour y développer des solutions alternatives à l'incarcération, ajoute-t-il, sans donner davantage de détails.

La secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation a été chargée de faire des propositions, en lien notamment avec les ministères de l'Intérieur et de la Justice.