Fausse alerte terroriste à la gare de Nîmes, un homme interpellé avec un pistolet d'alarme

La gare a été évacuée près d'une heure, alors que certains médias espagnols évoquaient une fusillade.

La gare de Nîmes, un temps évacuée pour une \"levée de doute\" après le signalement d\'un homme armé, le 19 août 2017. 
La gare de Nîmes, un temps évacuée pour une "levée de doute" après le signalement d'un homme armé, le 19 août 2017.  (JAIME REINA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La gare de Nîmes a été évacuée et bouclée par les forces de l'ordre vers 21h15, samedi 19 août. En cause : un voyageur qui avait vu un homme muni de ce qui ressemblait à un pistolet. L'homme a finalement interpellé, son arme s'est avéré un pistolet factice, mais les voyageurs et les nombreux journalistes présents pour couvrir le départ de la Vuelta en ont été quittes pour un gros coup de chaud. 

"Nous avons eu un signalement inquiétant indiquant qu'un homme armé était entré en gare de Nîmes", détaille la préfecture à l'AFP. "Les forces de l'ordre sont arrivées rapidement sur les lieux, ont évacué la gare en établissant un périmètre de sécurité et ont fait les vérifications d'usage dans la gare et dans un TGV qui se trouvait à quai"

La rumeur d'une fusillade rapidement démentie

Les réseaux sociaux se sont mis à bruisser de témoignages de passagers qui découvrent les forces de l'ordre passer dans les wagons, intimant à chacun de lever les mains en l'air. Quelques jours après les attentats de Barcelone, plusieurs médias espagnols ont parlé de tirs et de la présence de plusieurs hommes armés. 

Vers 23 heures, la gare était à nouveau partiellement ouverte, les forces de l'ordre laissant entrer et sortir les voyageurs en les filtrant. La préfecture prédisait un rapide retour à la normale pour les passagers, notamment celui du TGV ralliant Paris. 

Cette évacuation intervient alors que Nîmes a accueilli samedi le départ de la Vuelta, le tour d'Espagne auquel a assisté le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Un dispositif de sécurité massif était déployé dans la ville de Nîmes pour sécuriser l'évènement sportif, après les attentats meurtriers survenus jeudi et vendredi en Catalogne.

Un attentat à la camionnette-bélier a fait 13 morts et plus de 120 blessés jeudi à Barcelone et un autre quelques heures plus tard a fait un mort et six blessés à Cambrils, une station balnéaire catalane.