Projet d'attentat en France : ce que l'on sait de la perquisition menée à Argenteuil

Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé jeudi soir sur l'opération de police au domicile du suspect, à Argenteuil (Val-d'Oise). 

Des membres des forces de l'ordre lors de la perquisition à Argenteuil (Val-d'Oise), après l'arrestation d'un homme soupçonné d'un projet d'attentat, le 24 mars 2016. 
Des membres des forces de l'ordre lors de la perquisition à Argenteuil (Val-d'Oise), après l'arrestation d'un homme soupçonné d'un projet d'attentat, le 24 mars 2016.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'homme arrêté pour un projet d'attentat en France avait été condamné avec Abdelhamid Abaaoud à Bruxelles en juillet 2015, indiquent des sources policières vendredi 25 mars. Le suspect, qui se nomme Reda Kriket, a été interpellé à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Après cette arrestation, une perquisition a eu lieu à son domicile, à Argenteuil (Val-d'Oise). Des explosifs y ont été retrouvés.

Un Français déjà condamné pour avoir acheminé des jihadistes en Syrie

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué lors d'une conférence de presse, jeudi soir, qu'"à ce stade, aucun élément tangible ne relie ce projet aux attentats de Paris et de Bruxelles". Mais, selon des sources policières, Reda Kriket avait été condamné en juillet 2015 à Bruxelles, avec Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel des attentats du 13 novembre à Paris, mort lors de l'assaut donné par les forces de l'ordre, à Saint-Denis, cinq jours plus tard. Reda Kriket avait été condamné en son absence pour avoir participé au financement d'une filière d'acheminement de jihadistes vers la Syrie, selon une source policière. Il n'avait donc pas été arrêté.

Une petite quantité d'explosifs retrouvée chez lui

Après cette arrestation, une perquisition a eu lieu au domicile du suspect, à Argenteuil. Selon Le Parisien, cette perquisition dans un immeuble du boulevard du Général-Delambre a débuté en fin d'après-midi. De nombreux habitants n'ont pas pu rentrer chez eux, quand d'autres ont reçu pour consigne de ne pas sortir. "On a vu de nombreux camions de police arriver vers 17h30, explique un riverain au quotidien. La police nous a dit de rester chez nous, sans donner plus d’explication. Des agents sont cagoulés. Vu le contexte, les gens ont peur."

Les démineurs ont fait évacuer l'immeuble. Selon une source policière, une petite quantité d'explosifs, dont la nature n'a pas été précisée, a été retrouvée au domicile de l'homme interpellé. "Des opérations de déminage sont en cours afin que les policiers puissent procéder à la perquisition de l'appartement, du parking et des parties communes dans des conditions optimales", a confirmé le ministre de l'Intérieur dans la soirée. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de l'immeuble.

"Une enquête minutieuse conduite depuis plusieurs semaines"

Reda Kriket, de nationalité française et âgé de 34 ans, "est suspecté d'être impliqué à un haut niveau dans ce projet. Il évolue au sein d'un réseau terroriste qui projetait de frapper notre pays", a ajouté le ministre de l'Intérieur, sans plus de précision.

"Cette arrestation est le fruit d'une enquête minutieuse conduite depuis plusieurs semaines, qui a mobilisé d'importants moyens de surveillance physique et technique, ainsi qu'une coopération étroite et constante entre services européens", a assuré le ministre. L'homme devait être conduit dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret pour y être entendu en garde à vue.

Les investigations confiées à la DGSI sont conduites sous l'autorité d'un juge d'instruction antiterroriste, a indiqué le parquet de Paris. Le parquet n'a souhaité communiquer aucun élément supplémentaire, pour préserver l'enquête en cours.