Somalie : au moins 12 morts après une attaque shebab contre un hôtel de Mogadiscio

Deux explosions, suivies de tirs à l'arme automatique pendant plus d'une heure, ont secoué la capitale somalienne.

Les restes d'une voiture carbonisée après une attaque menée par les shebab à Mogadiscio (Somalie), vendredi 26 février 2016.
Les restes d'une voiture carbonisée après une attaque menée par les shebab à Mogadiscio (Somalie), vendredi 26 février 2016. (MOHAMED ABDIWAHAB / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Nouvelle attaque au cœur de la capitale somalienne. Au moins 12 personnes ont été tuées vendredi 26 février au soir à Mogadiscio dans une attaque contre un hôtel et un jardin public voisin. un assaut revendiqué par les insurgés islamistes shebab.

Deux explosions, suivies de tirs à l'arme automatique pendant plus d'une heure, ont secoué la capitale somalienne aux environs de 19h45 (17h45 à Paris). "L'une des explosions a eu lieu près du Peace Garden [un jardin public] et l'autre près de l'hôtel [voisin] SYL. J'ai vu 12 civils tués, mais le nombre (de morts) pourrait être bien plus élevé", a déclaré un responsable de la police somalienne. Des sources médicales interrogées par les médias locaux ont fait état de 25 blessés.

Alors qu'elle était toujours en cours, les islamistes radicaux shebab ont revendiqué l'opération, dans un bref communiqué posté sur leur compte Instagram. Selon des sources sécuritaires, le commando ne serait pas parvenu à pénétrer dans l'hôtel. Au moins deux assaillants shebab ont été tués à l'extérieur de l'établissement dont les gardes armés ont ouvert le feu au moment de l'attaque.

Intensification des attaques menées par les shebab

Les shebab ont mené ces derniers mois des opérations avec un mode opératoire récurrent : un véhicule piégé est lancé à vive allure contre l'enceinte souvent fortifiée d'un hôtel, par un chauffeur kamikaze. Puis un commando armé pénètre à l'intérieur de l'établissement pour abattre la clientèle et le personnel.

Le 1er novembre, une douzaine de personnes avaient ainsi été tuées dans l'attaque menée à l'aube par les shebab de l'hôtel Sahafi, situé au centre de Mogadiscio et fréquenté par des parlementaires, des fonctionnaires et des hommes d'affaires.