VIDEO. Russie : au tribunal, la "nounou sanguinaire" dit avoir décapité l'enfant sur ordre d'Allah

Une Ouzbèke de 38 ans a été arrêtée lundi à Moscou alors qu'elle brandissait en pleine rue la tête d'une fillette.

Voir la vidéo
REUTERS et APTN
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"C'est ce qu'Allah m'a ordonné." Goultchekhra Bobokoulova, une Ouzbèke de 38 ans, a été arrêtée à Moscou alors qu'elle brandissait en pleine rue la tête d'une fillette. Cette nounou a été présentée mercredi 2 mars devant une juge qui l'a placée en détention provisoire.

Goultchekhra Bobokoulova été arrêtée lundi par la police près d'une station de métro. Elle se proclamait alors "terroriste". "Je suis une envoyée d'Allah", a-t-elle lancé lors de l'audience aux journalistes, depuis sa cage d'accusée.

Une mère divorcée surnommée la "nounou sanguinaire"

Cette mère de trois enfants, divorcée, est originaire de Samarkand, une ville du sud-est de l'Ouzbékistan, ex-république soviétique d'Asie centrale. Elle a tenu des propos décousus, mêlant doléances et discours prophétique, peu avant le début de l'audience. "Allah envoie le second prophète pour donner des nouvelles de la paix, bonjour tout le monde", a-t-elle ainsi déclaré. "J'ai faim, je vais mourir dans une semaine, c'est la fin du monde, on m'a interdit de manger. Salut tout le monde", a-t-elle conclu en saluant la presse. Une fois les caméras sorties de la salle du tribunal, la nounou a subitement changé de comportement, répondant aux questions de la juge de manière polie et rapide, en apportant toutes les précisions demandées.

La justice russe a ouvert une enquête pour "meurtre d'enfant en bas âge" tandis que les médias russes s'interrogent sur les motivations de cette femme, surnommée la "nounou sanguinaire", la qualifiant tour à tour de "démente" ou de "terroriste".

Goultchekhra Bobokoulova, une nounou soupçonnée du meurtre d'un enfant à une audience du tribunal à Moscou (Russie), le 2 mars 2016
Goultchekhra Bobokoulova, une nounou soupçonnée du meurtre d'un enfant à une audience du tribunal à Moscou (Russie), le 2 mars 2016 (MAXIM SHEMETOV / REUTERS)