Opération ‘’London Bridge is down’’ : comment le Royaume-Uni s’est préparé à annoncer le décès de la reine Elizabeth II

Annonce, nécrologie dans les médias, cérémonie, tout est prévu jusque dans les moindres détails en cas de décès de la reine d'Angleterre.

La reine Elizabeth II à Berlin en janvier 2015.
La reine Elizabeth II à Berlin en janvier 2015. (RONNY HARTMANN / AFP)
logo
Edité par Alexandra du BoucheronAntoine GiniauxfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La reine Elizabeth II fête ses 91 ans vendredi 21 avril même si, comme chaque année, cet anniversaire sera officiellement célébré durant l'été. La reine d'Angleterre détient le record du règne le plus long de l'histoire et celui d'être le premier monarque britannique à avoir soufflé ses 65 bougies sur le trône. Mais, le pays s'est déjà préparé à son décès. Tout est déjà prêt pour assurer la continuité. Il y a quelques semaines, le journal britannique The Guardian a révélé les détails du déroulement des événements et on peut dire que c'est millimétré. Le plan, établi dans les années 60, a depuis été affiné lors des deux ou trois réunions annuelles.

Le premier coup de fil sera pour Theresa May, la Première ministre britannique. Et forcément, au pays de James Bond, il y a un message codé : "London Bridge is down" (en français : "le pont de Londres s’est écroulé"). Dans la foulée, le ministère des Affaires étrangères préviendra les pays du Commonwealth ainsi que les nations qui dépendent de la Couronne, comme le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Un valet en tenue de deuil accrochera un message sur fond noir aux portes de Buckingham Palace, la résidence londonienne officielle de la monarchie britannique. Le site internet du palais affichera une page noire avec un texte.

Des articles prêts à publier, de quoi tenir 11 jours

Au même moment, une dépêche officielle sera envoyée simultanément à la Press Association et aux médias du monde entier. Il y aura des tweets et des interruptions de programmes. Un système d’alerte se déclenchera à la BBC et de petites lumières bleues s’allumeront dans tous les studios des radios privées qui devront alors passer de la musique calme. Le Guardian rapporte qu'en 2011 déjà, un producteur de la radio BBC avait déclaré au Huffington Post : "Si vous entendez en plein jour, sur Radio 1, Haunted Dancehall (Nursery Remix) de Sabres of Paradise, allumez immédiatement la télévision. Quelque chose de terrible vient d'arriver". À la télévision, les présentateurs porteront des costumes et des cravates noirs. 

Le Guardian indique qu'il a déjà des articles prêts à être publiés. Un autre journal britannique, The Times, assure de son côté qu'il aurait de quoi couvrir l'événement pendant 11 jours avec des articles déjà écrits. La chaîne Sky News a déjà signé des contrats exclusifs avec des experts de la royauté. 

En 1952, à Londres, le cercueil de George IV, le père d\'Elizabeth II, est transporté au palais de Westminster. Ses funérailles se sont tenues dans la chapelle Saint-Georges du château de Windsor.
En 1952, à Londres, le cercueil de George IV, le père d'Elizabeth II, est transporté au palais de Westminster. Ses funérailles se sont tenues dans la chapelle Saint-Georges du château de Windsor. (BETTMANN / BETTMANN)

À l'annonce de la mort de la reine, les membres des deux chambres du parlement seront rappelés, les gens pourront rentrer plus tôt du travail et les pilotes d'avion en informeront leurs passagers. Si la Reine meurt en Écosse, où elle passe trois mois de l'année dans sa résidence de Balmoral, il y aura des rituels traditionnels. Si son décès intervient a l’étranger, un jet BAe 146, baptisé "Royal Flight", décollera de Northolt, une base située dans l'ouest de Londres, avec un cercueil à son bord. Dans tous les cas, son corps sera rapatrié dans la salle du trône de Buckingham Palace.

Les funérailles à D+9

Au quatrième jour ("D+4"), le cercueil sera transporté à Westminster Hall où son corps sera exposé 23 heures par jour pendant quatre jours. On attend 500 000 personnes. Neuf jours après le décès de la reine, ses funérailles se tiendront à l'abbaye de Westminster, à quelques centaines de mètres de Westminster Hall, en présence de 2 000 personnes rien qu'à l'intérieur de l'abbaye. Ce sera d'ailleurs la première fois depuis 1760 que des funérailles d'un monarque britannique seront célébrées dans l'abbaye. Ce jour-là, les magasins seront fermés. A 9 heures les cloches de Big Ben retentiront et à 11 heures, le cercueil passera les portes de l'abbaye.

Tout est déjà écrit et prévu. Sauf le discours du prince Charles qui sera devenu... roi d’Angleterre.