Incendie à Londres : quelque 600 tours en Angleterre auraient le même revêtement que la tour Grenfell

Après l'incendie meurtrier à Londres, une série d'inspections a été lancée dans tous les logements sociaux de la capitale gérés par les pouvoirs publics.

La tour Grenfell a été ravagée par un incendie à Londres (Royaume-Uni), le 15 juin 2017.
La tour Grenfell a été ravagée par un incendie à Londres (Royaume-Uni), le 15 juin 2017. (TOLGA AKMEN / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des milliers de logements sous surveillance. Quelque 600 immeubles en Angleterre auraient un revêtement similaire à celui de la tour Grenfell de Londres dont l'incendie la semaine dernière a fait au moins 79 morts, selon les estimations des autorités locales, a indiqué, jeudi 22 juin, une porte-parole de Downing Street. 

Devant le Parlement, jeudi matin, Theresa May a rappelé que "le gouvernement a ordonné l'examen des revêtements de tous les immeubles" de logements sociaux gérés par les pouvoirs publics. "Nous avons également alerté les propriétaires privés et avons mis nos tests à leur disposition gratuitement", a-t-elle ajouté.

>> RECIT. "Je vais mourir, j’aurais tellement voulu vous embrasser une dernière fois" : la nuit de cauchemar des habitants de la tour Grenfell

Des relogements envisagés

"Jusqu'ici, trois échantillons (de revêtement) se sont montrés inflammables" depuis le début des inspections, a déclaré la porte-parole. Interrogée par l'AFP, une autre porte-parole n'a cependant pas voulu spécifier formellement si l'on pouvait considérer que le revêtement de la Grenfell Tower était inflammable, évoquant une enquête en cours.

Downing Street a ajouté que de nouveaux tests allaient être menés pour s'assurer que les habitants sont "en sécurité" tandis que leur relogement est envisagé. "Il est évident que personne ne continuera à vivre dans des bâtiments dangereux, les habitants seront relogés s'il le faut et il sera demandé aux propriétaires de fournir de nouveaux logements là où c'est possible", a encore ajouté le porte-parole de la Première ministre.