Le gendarme de la Garde républicaine qui a chanté du Oasis au Stade de France : "Quand je joue de la guitare, je ne calcule pas"

Le maréchal des logis qui a chanté et joué "Don't Look Back in Anger" d'Oasis, en ouverture de France-Angleterre, mardi, s'est confié à franceinfo.

TF1
logo
franceinfoMathilde LemaireRadio France

Mis à jour le
publié le

Un tifo blanc et rouge, aux couleurs du drapeau anglais, déployé dans l'un des virages, une bannière "United with the cities of Manchester and London" : le Stade de France, mardi 13 juin, a rendu hommage aux victimes des attentats de Londres et Manchester, avant le match amical France-Angleterre.

Le gendarme qui a repris une chanson d'Oasis au Stade de France : "On a voulu conserver le côté mancunien de la chanson"

00:00-00:00

audio
vidéo

Avant le coup d'envoi du match, l'entrée des joueurs s'est effectuée sur le titre du groupe Oasis Don't Look Back in Anger, ("Ne regarde pas le passé avec colère") joué par les musiciens de la Garde républicaine. Et, surtout, chanté et interprété à la guitare électrique par un gendarme de la fanfare militaire, Jean-Michel M., maréchal des logis.

"C'était un moment unique dans ma vie"

"Cela m'a beaucoup touché de rendre hommage à des victimes d'attentats, confie le maréchal des logis Jean-Michel M à franceinfo. Et je voulais garder la tête froide et mettre tout ego de musicien de côté." Malgré ses efforts, et puisqu'il s'agit tout de même de rock, le public aura pu voir le maréchal des logis se dandiner un brin. "La vérité, confie-t-il, c'est que je fais de la guitare depuis quelques années : je joue dans des formations pop, rock, dans des bars, des restaurants, des soirées. Quand je joue de la guitare, je ne calcule pas, ma démarche est comme ça. C'était un moment unique dans ma vie."

Dès les premières notes, le gendarme a senti que le public adhérait. "Je me doutais que dès les premiers accords, il allait se passer quelque chose. La chanson est tellement puissante... J'ai balayé du regard toute la tribune et j'ai tourné l'oreille pour écouter le public anglais chanter. C'était un grand honneur !"

Une réponse à l'émotion de La Marseillaise de Wembley en 2015

L'idée de cet hommage ne vient pas de lui mais de la Fédération française de football. Il s'agissait de trouver quelque chose pour faire écho à l'hommage qu'avait rendu le public de Wembley, quatre jours après les attentats du 13-Novembre, en 2015. Pour Angleterre-France, le public avait repris la Marseillaise à pleins poumons en suivant les paroles sur des écrans. Aussi fallait-il, pour Paris, être au moins à la hauteur de la force de ce moment.

"Très vite, explique Jean-Michel M., nous nous sommes dits qu'il fallait le faire. Nous ne pouvions pas refuser cette sollicitation : les évènement commandaient une réponse rapide." Plusieurs choix se sont alors présentés : "Est-ce qu'il fallait transformer la chanson et en faire un hommage peut-être un peu larmoyant ou plutôt conserver cet esprit mancunien, Manchester-populaire-rock ? Nous avons donc fait plein d'essais, avec des sons et des tempos différents, et nous sommes tombés d'accord sur le fait que c'était leur chanson et qu'il fallait rester dans cet esprit british... et c'était le bon choix !" 

La vidéo de ce moment, où fuse l'émotion des 80 000 spectateurs du stade, avec parmi eux notamment les 2 300 anglais massés dans le virage, et celle de la Première ministre britannique, Teresa May, a fait le tour du web.

La vidéo de ce moment, où fuse l\'émotion des 80 000 spectateurs du stade, a fait le tour du web.
La vidéo de ce moment, où fuse l'émotion des 80 000 spectateurs du stade, a fait le tour du web. (Capture d'écran - TF1)