Brexit : les Britanniques opposés à l'Europe se mobilisent

L'accord conclu vendredi 19 février entre l'Union européene et la Grande-Bretagne a suscité la colère des partisans du Brexit.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

L'accord conclu entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne ne marque pas la fin des négociations pour David Cameron. Le Premier ministre doit désormais convaincre son pays de rester dans l'Union européenne. Les partisans du "non" se sont sentis pris de court à l'annonce de l'accord conclu à Bruxelles. Vendredi 19 février, pour le premier meeting officiel des partisans du Brexit, des opposants à l'Europe de tous les partis britanniques se succèdent à la tribune sous la bannière du mot "Go" pour "il faut partir". Le public plutôt âgé est conquis.

Sondages très serrés

Vers 22 heures, Nigel Farage, chef du parti eurosceptique Ukip annonce à la salle qu'un accord à Bruxelles est trouvé. "Un accord, mais quel accord ? Il ne résout absolument pas le problème que notre parlement britannique n'a pas le droit de revenir sur de mauvaises lois du parlement européen. L'accord de David ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit", commente Nigel Farage. Le meeting se finit sur cette nouvelle qui plonge les militants pro-brexit dans la colère. Quelles que soient les concessions obtenues, David Cameron aura bien du mal à faire rentrer dans le rang les partisans du Non à l'Europe. Les derniers sondages sont au coude à coude, à 50-50, mais il reste encore beaucoup d'indécis qui décideront de quel côté le Royaume-Uni retombera dans l'Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nigel Farage, député européen et leader de l'Ukip, le parti pour l'Indépendance du Royaume-uni, le 7 mai 2014 à Londres (Royaume-Uni)
Nigel Farage, député européen et leader de l'Ukip, le parti pour l'Indépendance du Royaume-uni, le 7 mai 2014 à Londres (Royaume-Uni) (CITIZENSIDE / RACHEL MEGAWHAT / AFP)