Si le Congrès américain ne donnait pas son feu vert à Barack Obama pour une intervention militaire en Syrie, la France "prendra ses responsabilités en soutenant l'opposition syrienne, de manière à ce qu'une réponse soit apportée". C'est ce qu'a indiqué François Hollande, mardi 3 septembre, lors d'une conférence de presse à l'Elysée, affirmant que "toutes les dispositions" sont prises pour faire face aux menaces syriennes.

Il s'adressera aux Français lorsqu'il disposera de tous les éléments en vue d'une éventuelle frappe contre la Syrie, a-t-il ajouté. "C'est l'Europe qui doit aussi se réunir sur ce dossier. Elle le fera, chacun avec sa responsabilité. La France assumera la sienne", a encore déclaré le chef de l'Etat, qui se trouvait en compagnie du président allemand, Joachim Gauck.

François Hollande lors d'un point de presse, le 3 septembre 2013 à l'Elysée, en compagnie du président allemand, Joachim Gauck.
François Hollande lors d'un point de presse, le 3 septembre 2013 à l'Elysée, en compagnie du président allemand, Joachim Gauck. (BERTRAND GUAY / AFP)