Syrie : qu'est-il possible de faire pour aider les habitants d'Alep ?

Face à la situation dramatique dans la deuxième ville du pays et aux atermoiements des politiques, de nombreux Français souhaitent agir, mais ne savent pas forcément comment s'y prendre. 

Un homme évacue un enfant d\'Alep-Est (Syrie), le 12 décembre 2016. 
Un homme évacue un enfant d'Alep-Est (Syrie), le 12 décembre 2016.  (ABDALRHMAN ISMAIL / REUTERS)
avatar
Vincent DanielFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le sentiment d'impuissance face au sort d'Alep (Syrie) est vertigineux. La deuxième ville du pays est toujours sous les bombes, mercredi 14 décembre. Les combats ayant repris entre le régime de Bachar Al-Assad et les insurgés, les espoirs d'une évacuation rapide de milliers de civils affamés et assiégés dans les derniers quartiers rebelles sont douchés.

Sur les réseaux sociaux, on peut suivre l'horreur en direct. Les habitants d'Alep-Est racontent "la fin du monde", via des tweets ou des photos sur Facebook. Des responsables de l'ONU, des ONG et des capitales occidentales ont accusé le régime d'avoir commis des "atrocités" dans les secteurs d'Alep reconquis. Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a fait état "d'informations indiquant que des forces pro-gouvernementales avaient tué au moins 82 civils", dont des femmes et des enfants.

Alors que des milliers de civils attendent encore d'être évacués des zones rebelles, de nombreux Français s'interrogent sur ce qu'ils peuvent faire pour aider Alep et ses habitants. Que faire alors que les politiques et les gouvernements semblent impuissants ou résignés et que la diplomatie mondiale est mise en échec ? Voici quelques suggestions. 

Signer des pétitions

"Notre indignation doit faire cesser le massacre d'Alep", écrit Médecins du monde, qui appelle à signer une pétition pour laquelle "chaque voix compte". "Que nos voix puissent faire basculer l’histoire en sortant les dirigeants du monde de leur honteuse indifférence", espère l'ONG. Sur Avaaz, plus d'un million de personnes ont déjà interpellé le président américain Barack Obama et son homologue iranien Hassan Rohani afin qu'ils s'engagent sur la voie diplomatique pour trouver une "solution pour la Syrie"

Participer à des manifestations

Mobiliser l'opinion publique pour contraindre les politiques à agir, c'est également la solution prônée par Raphaël Pitti, médecin anesthésiste de retour d'une mission en Syrie pour l'ONG Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM). Il a formé des médecins syriens, notamment à Alep. Invité, lundi 12 décembre sur France Inter, Raphaël Pitti a appelé à manifester. Des rassemblements ont déjà été organisés à Paris et dans plusieurs grandes villes de France. 

"Il n'y a de la part de nos gouvernants, au niveau du monde entier, que des mots, comme du vent (...) et cela ne se traduit jamais en actes, constate le médecin. Nos gouvernements ne fonctionnent que sous la pression des opinions publiques."

Il ne faut pas hésiter à descendre dans la rue maintenant pour dire : 'Ça suffit !'

Raphaël Pitti, médecin et formateur de médecins en Syrie

sur France Inter

"Il y a une nécessité à se mobiliser et à dire : 'Nous ne voulons plus cela, nous ne supportons plus cela. Nous ne voulons plus du massacre de cette population. Il n'y a pas de raison qu'elle souffre comme ça'", poursuit-il. Cet appel à manifester est aussi relayé par Yannick Jadot, candidat Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, et Raphaël Glucksmann, essayiste, dans une tribune publiée, mardi 13 décembre, par Le Monde : "Alep crève, mobilisons-nous ! Descendons dans nos rues, sur nos places."

Apostropher vos élus

Pour connaître la position de vos élus et faire savoir à vos représentants politiques que vous souhaitez plus que des déclarations et des condamnations, vous pouvez les interpeller. Les adresses mail ainsi que les numéros des permanences des députés sont disponibles sur le site de l'Assemblée nationale, en utilisant un moteur de recherche. Sur le site du Sénat, vous pouvez obtenir la liste des sénateurs et ainsi avoir accès à leur adresse mail. Enfin, l'Elysée propose, directement sur son site, d'écrire au président de la République. 

Effectuer des dons

Pour soutenir l'accès aux soins médicaux. Hôpitaux détruits par les bombes, personnels et matériels manquants... La situation sanitaire à Alep est alarmante. L'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), une ONG qui réunit une quinzaine d'associations américaines, canadiennes, anglaises, suisses, allemandes, turques et françaises, selon l'Obs, a lancé un appel aux dons. Une campagne de mobilisation destinée à acheminer vers Alep "des médicaments, des équipements médicaux" ou encore "apporter un soutien financier aux médecins et personnels médicaux". Des appels aux dons ont également été lancés par Médecins sans frontière et Médecins du Monde pour l'ensemble de la Syrie.

Pour aider une organisation agissant en Syrie. Il est impossible de dresser une liste exhaustive des ONG qui agissent réellement en Syrie. Alors que l'action humanitaire de l'ONU est bloquée à Alep, on peut citer la Croix-RougeHandicap international, l'Unicef France ou encore Action contre la faim

Pour venir en aide aux réfugiés syriens en France et dans les pays frontaliers de la Syrie. Le site de Souria Houria, association de Syriens résidant en France et de Français soutenant le soulèvement du peuple syrien, répertorie les associations franco-syriennes qui viennent en aide aux réfugiés syriens dans plusieurs villes de l'Hexagone. De son côté, le Collectif de développement et de secours syrien finance des projets à destination des réfugiés vivants dans les pays frontaliers, comme le Liban ou la Turquie.