Syrie : Palmyre reprise par Bachar Al-Assad

La cité antique de Palmyre a été reconquise par les troupes de Bachar Al-Assad. L'Etat islamique s'en était emparé en mai 2015.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

C'est une victoire symbolique pour la culture, l'histoire et l'humanité. La cité antique de Palmyre classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1980 a été reprise par le régime de Damas après 20 jours de combat. Elle était aux mains de l'Etat islamique depuis mai 2015. Le groupe terroriste qui a détruit une grande partie de cette ville même si quelques monuments ont heureusement été conservés. Malgré ce constat, cette reprise de Palmyre est surtout une victoire importante pour Bachar Al-Assad.

Une victoire qui légitime Bachar El-Assad

Dans la lutte contre Daech, ce succès légitime surtout les positions de Vladimir Poutine et Bachar Al-Assad. Mais c'est avant tout un savant calcul pour Antoine Basbous, le directeur de l'Observatoire des pays arabes : "C'est une opération de com' qui est très réussie puisque Bachar avait offert Palmyre et le site antique qui est très sensibilisant par rapport à l'opinion publique internationale. Et il le reprend aujourd'hui pour se donner le beau rôle. Il y a onze mois, il a laissé faire Daech, il n'a pas envoyé l'aviation alors qu'il avait la maîtrise du ciel." La reconquête des territoires cédés à l'Etat islamique se poursuit. Prochains objectifs pour Bachar Al-Assad : Raqqa et Deir ez-Zor.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un autre vue du temple de Bêl sur lequel se sont particulièrement acharnés les jihadistes, avec la volonté de detruire ce site anté-islamique. Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, la cité antique de Palmyre était l'attraction touristique majeure de la Syrie, avant la guerre.
Un autre vue du temple de Bêl sur lequel se sont particulièrement acharnés les jihadistes, avec la volonté de detruire ce site anté-islamique. Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, la cité antique de Palmyre était l'attraction touristique majeure de la Syrie, avant la guerre. (MAHER AL MOUNES / AFP)