Les Etats-Unis reconnaissent la nouvelle coalition des insurgés syriens

La Coalition nationale syrienne des forces de l'opposition et de la révolution, qui regroupe les mouvements opposés au régime de Bachar Al-Assad, a vu le jour en novembre. 

Le président américain Barack Obama, le 10 décembre 2012 à Redford (Michigan, Etats-Unis).
Le président américain Barack Obama, le 10 décembre 2012 à Redford (Michigan, Etats-Unis). (BILL PUGLIANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

SYRIE – Un soutien très précieux. Les Etats-Unis ont reconnu, mardi 11 décembre, la Coalition de l'opposition syriennequi se présente sur la scène internationale comme une alternative crédible au régime de Bachar Al-Assad. Après la France, premier pays à reconnaître formellement la Coalition, le Royaume-uni, la Turquie et le Conseil de coopération du Golfe, les Etats-Unis font donc un pas supplémentaires pour accélérer la chute du président syrien.

"Nous avons décidé que la Coalition de l'opposition syrienne rassemblait désormais suffisamment [de groupes], reflétait et représentait suffisamment la population syrienne, pour que nous la considérions comme la représentante légitime des Syriens", a déclaré le président Barack Obama sur la chaîne de télévision américaine ABC. Malgré la reconnaissance de la Coalition, les Etats-Unis n'ont pas l'intention de lui fournir des armes, ont toutefois indiqué des responsables de l'administration Obama.

Al-Nosra classé parmi les "organisations terroristes"

Par ailleurs, au lendemain de la prise de la base Cheikh Souleiman par les rebelles islamistes radicaux d'Al-Nosra, au détriment de l'Armée syrienne libre (ASL), tenue à l'écart des combats, Washington a pris des sanctions contre ce mouvement, ainsi que contre les milices pro-régime. Les Etats-Unis ont inscrit le Front Al-Nosra, émanation selon eux d'Al-Qaïda en Irak, sur leur liste des organisations terroristes étrangères. Washington a gelé les avoirs de deux de ses chefs, l'Irakien Maysar Ali Moussa Abdallah Al-Joubouri et le Syrien Anas Hassan Khatab.

Al-Nosra, inconnu avant le début de la révolte syrienne en mars 2011, a connu une ascension fulgurante, revendiquant la plupart des attentats suicide menés dans le pays et s'imposant sur la quasi-totalité des fronts. Sur les forums internet jihadistes, plusieurs groupes ont déjà félicité Al-Nosra pour avoir été qualifié de "terroriste" par les Etats-Unis. 

Après avoir multiplié les mises en garde sur une éventuelle utilisation d'armes chimiques par Damas, les Etats-Unis sont revenus sur leur estimation du risque, assurant qu'aucune nouvelle mesure n'indiquait la volonté des autorités de recourir à leur arsenal chimique. La France a affirmé qu'elle savait où étaient stockées ces armes et a déclaré que les troupes régulières les protégeaient.