Syrie : le quotidien des forces rebelles

Une équipe de France 2 a suivi des opposants au pouvoir qui prennent la route de la frontière turque, pour du repos et des soins, avant de retourner au front à Alep.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Depuis une dizaine de jours, la ville d'Alep se meurt sous les bombes de l'aviation russe. 2 000 Syriens vivent encore dans ces quartiers contrôlés par la rébellion. L'accord signé loin de là, à Munich, entraînera-t-il une trêve sur le terrain ? Les combattants rebelles n'y croient pas. Une équipe de France 2 en a retrouvé certains en Turquie, qui, blessés par balle au combat, viennent se faire soigner ici.

Garder le moral

Les conditions sont sommaires, et les combattants n'ont plus assez d'argent pour demeurer dans un hôpital. "C'est sûr que les Russes n'arrêteront pas les bombardements. Au contraire, ils vont les intensifier. Ils veulent assiéger Alep et mettre les rebelles sous pression", analyse l'un d'entre-eux. Malgré les nouvelles venues de Syrie sur le recul des positions rebelles, ils essayent de garder le moral, et espèrent une union des forces rebelles. En attendant, ces quartiers d'Alep sont sur le point d'être encerclés par l'armée de Bachar al-Assad et ses alliés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Syrien regardant des immeubles en ruine à Damas (Syrie), le 28 janvier 2016.
Un Syrien regardant des immeubles en ruine à Damas (Syrie), le 28 janvier 2016. (MEJD AL-AHMED / ANADOLU AGENCY / AFP)