Syrie : le groupe État islamique affaibli mais loin d'être anéanti

Sur le plateau de 20 heures, Etienne Leenhardt commente l'étendue des frappes aériennes contre les jihadistes en Syrie.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Alors que Bachar al-Assad semble reprendre le dessus face aux rebelles syriens, la lutte des forces occidentales s'intensifie contre les jihadistes. Si un camp d'entraînement du groupe État islamique a été visés par les avions français, la guerre est loin d'être gagnée. La France a frappé 17 fois depuis fin septembre 2015, pendant que les États-Unis ont effectué 3 129 attaques aériennes depuis un an et demi. Des chiffres bien faibles en comparaison avec les 237 frappes russes ces trois derniers jours contre les forces rebelles.

Un manque de cibles

En fait, les avions de la coalition manqueraient de cibles. "Ils frappent des centres d'entraînement, de commandement, des endroits où sont stockés des armes, du matériel, mais (ce sont) des cibles parfois cachées, enterrées, très difficiles à repérer", commente Etienne Leenhardt sur le plateau de France 2. Il faut dire que les consignes de l'état-major sont claires : faire le moins de victimes civiles possibles. La coalition aurait tué 400 personnes depuis un an. La Russie a tué au moins 1 000 civils en cinq mois. 
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une image de propagande montrant des combattants du groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie, le 19 novembre 2015. 
Une image de propagande montrant des combattants du groupe Etat islamique à Raqqa, en Syrie, le 19 novembre 2015.  (MAXPPP)