Syrie : au moins 120 personnes tuées dans le double attentat près de Damas

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis 2011, selon un bilan communiqué, lundi, par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

Le district de Sayyidah Zaynab dans le sud de Damas (Syrie) a été visé par une attentat à la bombe, dimanche 21 février 2016. 
Le district de Sayyidah Zaynab dans le sud de Damas (Syrie) a été visé par une attentat à la bombe, dimanche 21 février 2016.  (YANG ZHEN / NURPHOTO / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un dimanche sanglant près de Damas. La banlieue de la capitale syrienne a été victime d'un double attentat qui a fait au moins 120 morts, dont 90 civils, selon un bilan communiqué, lundi 22 février, par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Il s'agit de l'attaque la plus sanglante depuis le début du conflit, en 2011. 

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué ces attaques suicides perpétrées près du sanctuaire de Sayeda Zeinab, un haut lieu du chiisme situé à moins de 10 km de la capitale syrienne.

Des crimes qui visent à "torpiller" les négociations, selon Moscou

Jusqu'à présent, l'attentat le plus meurtrier avait été une double attaque suicide menée en mai 2012 par le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, qui avait fait 112 morts dans le quartier de Qazaz, à Damas.

Depuis le début du conflit, la plupart des attentats suicides ou à la voiture piégée ont été menés par les jihadistes d'Al-Nosra ou de l'EI, dont le rôle dans cette guerre a largement contribué à marginaliser les groupes rebelles combattant le régime du président Bachar Al-Assad.

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi à ces attaques en affirmant que "les crimes atroces perpétrés par les extrémistes ne visent qu'à terroriser une population paisible, et à torpiller les tentatives pour trouver un règlement politique de long terme à la crise syrienne".