Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (à g.), à Téhéran (Iran), le 13 juin 2012.
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (à g.), à Téhéran (Iran), le 13 juin 2012. (ATTA KENARE / AFP)

Une simple erreur de traduction. Le ministère russe des Affaires étrangères a démenti mercredi 13 juin les déclarations prêtées au ministre Sergueï Lavrov par les traducteurs au cours d'une visite en Iran, selon lesquelles ce dernier accusait Washington de livrer des armes aux rebelles en Syrie.

"C'est une erreur de traduction en farsi", a déclaré un membre du service de presse du ministère à Moscou, fournissant une version en russe de la déclaration du ministre. Dans cette déclaration, Sergueï Lavrov souligne que, contrairement à la Russie, les Etats-Unis livrent des armes utilisées "dans la lutte contre des manifestants pacifiques (...) dans des pays de la région". Les Russes n'estiment livrer à la Syrie que ce dont elle a besoin "en cas d'attaque armée de l'extérieur".

Démenti immédiat des Américains

Les traducteurs officiels du russe vers le farsi et l'anglais à Téhéran avaient prêté un peu plus tôt au ministre d'autres propos. "Les Etats-Unis fournissent à l'opposition des armes qui sont utilisées dans les combats contre le gouvernement syrien", aurait-il déclaré selon eux.

Les Etats-Unis avaient aussitôt réagi, avant la mise au point de Moscou, niant armer les rebelles. "Nous ne fournissons pas et n'avons pas fourni d'armes à l'opposition syrienne", avait assuré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.