Le groupe Etat islamique enlève au moins 400 civils en Syrie après une tuerie

La tuerie a eu lieu dans la ville de Deir Ezzor, en Syrie. Au moins 85 civils et 50 combattants prorégime ont péri.

La ville de Deir Ezzor, en Syrie, le 5 mars 2014.
La ville de Deir Ezzor, en Syrie, le 5 mars 2014. (REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Après avoir tué au moins 135 personnes, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a enlevé au moins 400 civils, dont des femmes et des enfants, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dimanche 17 janvier. La tuerie a eu lieu dans la ville de Deir Ezzor, en Syrie. Au moins 85 civils et 50 combattants prorégime ont péri.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a indiqué que les quelque 400 civils avaient été enlevés à Al-Bgheliyeh,Parmi les personnes enlevées, toutes de confession musulmane sunnite comme l'EI, "figurent des femmes, des enfants, des familles ainsi que des combattants pro-régime", a-t-il précisé. Elles ont été emmenées vers d'autres régions sous contrôle des jihadistes dans l'ouest de la province du même nom ainsi que dans la province voisine de Raqa.

Une offensive qui a permis à l'EI de progresser

L'EI a lancé une offensive d'envergure sur plusieurs secteurs de la ville de Deir Ezzor, prenant le contrôle d'Al-Bgheliyeh, banlieue proche de Deir Ezzor et dans d'autres secteurs alentours. Selon l'OSDH, cela a permis à l'organisation jihadiste d'avancer dans le nord de la ville de Deir Ezzor et d'en contrôler environ 60%.

L'agence de presse officielle syrienne Sana, citant des habitants, a dénoncé un "massacre" et parlé de "300 civils tués". Si ce bilan était confirmé, il serait l'un des plus élevés pour une seule journée dans la guerre déclenchée en mars 2011.