L'armée syrienne a repris le contrôle de Qousseir

La ville, aux mains des rebelles depuis dix-huit mois, a été reprise à l'issue d'un siège de deux semaines, selon la télévision du régime. 

Un soldat de l\'armée régulière syrienne sort d\'un char, dans la ville de Qousseïr (Syrie), reprise aux rebelles mercredi 5 juin 2013. 
Un soldat de l'armée régulière syrienne sort d'un char, dans la ville de Qousseïr (Syrie), reprise aux rebelles mercredi 5 juin 2013.  ( AFP )
avatar
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il s'agit d'une prise stratégique. L'armée syrienne a repris le contrôle de la ville de Qousseir, près de la frontière libanaise, a annoncé mercredi 5 juin la télévision publique syrienne. Depuis plus de deux semaines, les forces gouvernementales, appuyées par des miliciens chiites du Hezbollah libanais, avaient assiégé la ville tenue par les rebelles depuis dix-huit mois. 

"Nos forces armées héroïques ont ramené la sécurité et la stabilité dans toute la ville de Qousseir", a affirmé un communiqué diffusé par la télévision. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), "l'armée et le Hezbollah sont parvenus à prendre Qousseir, après un bombardement intense de la ville dans la nuit. Les groupes rebelles se sont retirés vers d'autres zones car ils manquaient de munitions", a indiqué l'organisme. 

"Nous avons procédé à une attaque surprise aux premières heures et nous sommes entrés dans la ville, ils [les rebelles] se sont échappés", a confirmé à Reuters un combattant du Hezbollah. 

Ouvrir la voie pour prendre Homs

L'Iran, principal soutien du Hezbollah, a "félicité l'armée et le peuple syriens" pour la victoire sur les "terroristes", a rapporté l'agence officielle Irna, citant le vice-ministre des Affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian 

En reprenant Qousseir, le gouvernement de Damas veut assurer la liaison entre la plaine libanaise de la Bekaa, bastion du Hezbollah, et les régions de la côte syrienne où vivent de nombreux alaouites, membres d'une branche du chiisme à laquelle appartient le président Assad. Enfin, la ville de Qousseir comprend plusieurs routes d'approvisionnement en armes aussi bien pour l'armée que pour les rebelles, et ouvre la voie au régime pour la prise totale de la ville de Homs.