Russie-Etats-Unis : un climat de guerre froide

Pour sa première visite à Moscou, le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, a été accueilli par son homologue russe, Sergueï Lavrov. Puis il s'est entretenu avec Vladimir Poutine. Le point sur cette rencontre sous tension avec France 3.

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les relations russo-américaines sont au plus bas. Et ce soir, mercredi 12 avril, quand il s'est assis à côté de son homologue russe, le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, ne s'en est pas caché. "La confiance est au plus bas entre nos deux pays. Les deux plus grandes puissances nucléaires ne peuvent pas avoir ce genre de relation", a-t-il lancé. Un peu plus tôt, le numéro 1 de la diplomatie américaine avait été reçu par Vladimir Poutine, mais aucune image de cette rencontre n'a été diffusée, signe que le président russe veut marquer la rupture.

Des relations dégradées

La journée avait mal commencé. Ce matin, la poignée de main avait été plus que froide. Rex Tillerson et Sergueï Lavrov évitant même de se regarder. La divergence porte sur le dossier syrien et sur l'avenir de Bachar al-Assad, allié historique de Moscou. Les relations russo-américaines se sont dégradées depuis l'attaque chimique la semaine dernière qui a fait 86 morts dans un village syrien. Les Américains ont accusé le régime d'Assad. Deux jours après, en représailles, 59 missiles américains ont pilonné une base militaire syrienne. Une grave erreur selon Vladimir Poutine. Dans la droite ligne de cette journée glaciale, la Russie a opposé ce soir son veto à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secrétaire d\'Etat américain Rex Tillerson et le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, lors d\'une conférence de presse commune, le 12 avril 2017 à Moscou (Russie).
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse commune, le 12 avril 2017 à Moscou (Russie). (SERGEI KARPUKHIN / REUTERS)