Des victimes de Daech en Syrie devant la justice française

Pour la première fois, une famille syrienne porte plainte en France. Son fils, militaire dans les rangs du régime syrien, a été assassiné à Homs par l'un des bourreaux du groupe Etat islamique, un bourreau français.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Cela fait maintenant deux ans que ce couple de Syriens, à Paris pour rencontrer un juge antiterroriste, a perdu son fils, exécuté par le groupe Etat islamique. Ce soldat syrien avait 30 ans lorsqu'il a été pris en otage puis assassiné. Parmi ses bourreaux présumés, un jihadiste français, Maxime Hauchard, jeune Normand converti qui a fui en Syrie en août 2013. Le couple, désespéré, épuisé, veut obtenir justice pour son fils.

Un entretien avec le juge d'instruction français

C'est en 2014 que Fayza Saker et Ghassan Mhana visionnent la vidéo insoutenable de l'exécution de leur fils. Au palais de justice de Paris, un comité de soutien les attend. La rencontre avec le juge d'instruction français, qui a duré deux heures et demie, était inespérée il y a quelques mois encore. En sortant, le couple s'est dit soulagé. Il va pouvoir rentrer en Syrie avec le sentiment que sa souffrance a été prise en compte par la justice française.

Le JT
Les autres sujets du JT