"Ce prix aurait dû me revenir." Le président syrien, Bachar Al-Assad, ironise, lundi 14 octobre, sur l'attribution du prix Nobel de la paix, remis cette année à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Il a lâché cette phrase dans entretien au quotidien libanais Al-Akhbar, proche du Hezbollah, rapporte France 24.

Retrouvant un ton plus sérieux, le dirigeant syrien indique qu'il ne regrette pas de renoncer à son arsenal chimique. Toutefois, il s'agit pour lui d'un échec moral et politique. Il indique ainsi que les armes chimiques syriennes étaient un élément de négociation face au nucléaire israélien.

Dans le quotidien libanais, Bachar Al-Assad évoque également son alliance avec la Russie, fidèle soutien du régime syrien. "Avec ce qu'ils font, les Russes ne défendent pas la Syrie, son peuple, son régime ou son président; ils se défendent eux-mêmes", a-t-il déclaré.