Attentat-suicide en Syrie : l'image d'un photographe en larmes ébranle le monde

Après avoir secouru un enfant lors de l'attentat qui a tué au moins 126 personnes, samedi dans la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie), le photographe Abd Alkader Habak s'est effondré. Le cliché montrant son désespoir a ému le monde.

Le photographe Abd Alkader Habak s\'effondre après l\'attentat-suicide près d\'Alep (Syrie), le 15 avril 2017.
Le photographe Abd Alkader Habak s'effondre après l'attentat-suicide près d'Alep (Syrie), le 15 avril 2017. (CAPTURE ECRAN TWITTER / ALAASHEBABI)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'opération d'évacuation a tourné au carnage en Syrie. Au moins 126 personnes, dont 68 enfants, sont mortes dans un attentat-suicide aux abords d'Alep, samedi 15 avril. Depuis une image, symbole de cette horreur, fait le tour du web. C'est celle d'un photographe qui s'effondre, en larmes, appareil photo à la main, avec en arrière-plan les bus en flammes. 

L'homme s'appelle Abd Alkader Habak. Il était sur place au moment du drame. Des photos le montrent d'abord en train de porter secours à un enfant. "Le journaliste syrien Abd Alkader Habak en train de secourir un enfant à Foua. Pas de mots."

"J'ai fait ce que j'ai pu"

"Les mots ne peuvent pas décrire ce qui s'est passé. J'étais à côté d'un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une énorme explosion a retenti", raconte Abd Alkader Habak à Channel 4 News (en anglais). Dans un premier temps, il est projeté en arrière par la déflagration. Puis, il décide de porter secours à un enfant. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital", explique-t-il.  

Après, le photographe finit par s'écrouler au milieu de cette scène de chaos. Depuis, il reçoit de nombreux messages de soutien. "Dévastée par la photo de @AbdHabak, un vidéaste syrien près du corps d'un enfant."