Relations Etats-Unis/Russie : Donald Trump "a changé du tout au tout"

Pour Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, la frappe américaine sur une base aérienne syrienne illustre "un revirement complet entre ce que disait le candidat et ce que dit maintenant le président".

Donald Trump, le 12 avril 2017.
Donald Trump, le 12 avril 2017. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le président russe Vladimir Poutine a reçu mercredi 12 avril au Kremlin le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, dans un climat tendu. Les relations entre Washington et Moscou se sont détériorées, après la frappe américaine sur une base aérienne syrienne, en réponse à une attaque chimique présumée dans une zone rebelle de Syrie attribuée au régime de Bachar al-Assad.

Sur franceinfo, Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), estime que le président américain Donald Trump "a changé du tout au tout" et qu'il y a "une reprise en main des structures militaires sur Donald Trump".

franceinfo : A-t-on mal compris Donald Trump ou bien est-ce lui qui a changé du tout au tout ?

Pascal Boniface : C'est lui qui a changé du tout au tout, sur l'intervention des États-Unis dans le monde, sur l'Otan et la Syrie. Il y a une reprise en main des structures militaires sur Donald Trump. C'était prévisible mais c'est plus rapide que prévu.

Il y a un revirement complet entre ce que disait le candidat et ce que dit maintenant le président.

Pascal Boniface

à franceinfo

Ce sont des généraux dans son entourage qui pèsent le plus. Les idéologues comme Steve Bannon ont été écartés. Les généraux sont à la fois un élément pour tempérer le caractère intempestif de Donald Trump, mais en même temps les anciens logiciels américains classiques reviennent.

C'est l'armée américaine qui pèse sur Donald Trump, alors qu'elle fait partie de l'establishment qu'il avait dénoncé pendant sa campagne ?

Exactement. Il avait également sur le plan financier dénoncé dans la campagne le secteur bancaire, qui revient en force dans son entourage. Il avait pris ses distances sur l'establishment militaire et l'industrie de défense et là il augmente le budget de la défense de 10%. Il fait tout à l'envers de ce qu'il avait dit comme candidat.

Les Russes sont-ils aussi désarçonnés par ce Donald Trump qu'ils n'attendaient pas vraiment ?

Les Russes aiment bien ce qui est prévisible. Ce qui est imprévisible leur déplaît fortement. Ils avaient misé beaucoup sur un rapprochement, un axe Moscou-Washington. Ce rapprochement n'existe pas, n'a pas eu lieu et il s'éloigne encore un peu plus. La rencontre entre le secrétaire d'État américain Rex Tillerson et le président russe Vladimir Poutine n'a débouché sur aucun résultat tangible.