DIRECT. Après les frappes en Syrie, les Etats-Unis préparent des sanctions économiques contre le pays

Les bombardements sur une base aérienne ont fait six morts, selon l'armée syrienne.

Un missile Tomahawk est tiré depuis le destroyer USS Porter de la marine américaine, en mer Méditerranée, le 7 avril 2017.
Un missile Tomahawk est tiré depuis le destroyer USS Porter de la marine américaine, en mer Méditerranée, le 7 avril 2017. (FORD WILLIAMS / US NAVY / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Les Etats-Unis ont tiré près de soixante missiles sur la base aérienne de Shayrat, près de Homs (Syrie), dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 avril, après l'attaque chimique présumée qui a fait au moins 86 morts à Khan Cheikhoun. Cette frappe a fait "six morts, des blessés et d'importants dégâts matériels", a annoncé l'armée syrienne, sans préciser s'il s'agissait de victimes civiles ou militaires.

Le conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni d'urgence vendredi en fin d'après-midi heure française, pour débattre de la situation. "Nous sommes prêts à en faire plus, mais nous espérons que cela ne sera pas nécessaire", a expliqué l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley. De son côté, la Russie a accusé Washington d'avoir violé la loi internationale.

Réactions internationales. Cette frappe est une "clarification" des Etats-Unis et une "condamnation" de Damas, selon le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. Vladimir Poutine a, lui, dénoncé une "agression" contre "un Etat souverain".  Du côté, de Damas, on dénonce un acte "idiot".

Une frappe menée depuis l'est de la mer Méditerranée. Cinquante-neuf missiles de croisière de type Tomahawk ont été tirés depuis deux destroyers de l'US Navy, a annoncé un porte-parole du Pentagone. Ces tirs ont visé la base aérienne de Shayrat, "associée au programme" syrien d’armes chimiques et qui serait "directement liée" à l'attaque "horrible" à Khan Cheikhoun.

Des "pertes" du côté syrien. "L’une de nos bases aériennes dans le centre du pays a été visée à l’aube par un missile tiré par les Etats-Unis, provoquant des pertes", a déclaré vendredi matin une source militaire syrienne, citée par la télévision d'Etat. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que l'attaque avait tué quatre soldats et que la base était "presque totalement détruite".

Deux avions militaires ont décollé de la base frappée par les Etats-Unis. Ils ont mené des raids dans les environs vendredi 7 avril au soir, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#SYRIE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

00h02 : Ce live est terminé. Voici l'essentiel de l'actualité de la journée :

• Quatre morts, 15 blessés et un terroriste toujours en fuite. C'est le bilan de l'attentat au camion bélier dans le centre-ville.

• Des heurts entre manifestants et gendarmes mobiles ont éclaté devant la préfecture de Cayenne. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et un policier a été blessé.

Pour la première fois, un sondage donne Jean-Luc Mélenchon à égalité avec François Fillon au premier tour. Les détails dans notre article.


Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU se sont réunis pour discuter de la frappe des Etats-Unis contre la Syrie lancée hier soir après l'attaque chimique qui a fait plus de 80 morts. Les Etats-Unis menacent d'agir à nouveau "si nécessaire".

22h47 : Le secrétaire d'Etat américain juge "très décevante" la réponse de la Russie à la frappe américaine en Syrie. Il pourra le dire de vive voix à son homologue russe lors de sa visite à Moscou la semaine prochaine.

22h37 : Voici les contenus qu'il ne fallait pas rater aujourd'hui sur franceinfo :

Notre article sur l'évolution de la position américaine sur le régime de Bachar Al-Assad depuis 2011.

Notre vidéo sur le tunnel à bateaux que la Norvège veut faire construire.

Notre résumé de L'Emission politique avec Emmanuel Macron.

21h14 : Les frappes américaines n'ont manifestement pas détruit complètement la base aérienne d'Al-Chaayrate. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, deux avions militaires ont décollé ce soir pour frapper des cibles près de Palmyre.

20h04 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

Pour la première fois, un sondage donne Jean-Luc Mélenchon à égalité avec François Fillon au premier tour. Les détails dans notre article.

• La police suédoise n'a pas arrêté le chauffeur du camion bélier ayant commis l'attentat à Stockholm, mais elle a diffusé des images de vidéo-surveillance d'un homme qu'elle recherche. Elle n'est pas en mesure de fournir un bilan, mais un porte-parole des services de sécurité suédois a déclaré : "Il y a des morts, et beaucoup de blessés."

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU sont réunis pour discuter de la frappe des Etats-Unis contre la Syrie lancée hier soir après l'attaque chimique qui a fait plus de 80 morts. Les Etats-Unis menacent d'agir à nouveau.

• La France mène 2 à 0 face à la Grande-Bretagne en quarts de finale de la Coupe Davis, grâce aux victoires de Lucas Pouille et Jérémy Chardy.

19h35 : "Les frappes américaines constituent une réponse légitime à cette attaque chimique", a déclaré l'ambassadeur français à l'ONU.

(ONU / REUTERS)

19h28 : "Nous sommes prêts à aller plus loin mais nous espérons que ce ne sera pas nécessaire."




Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, les Etats-Unis laissent planer la menace d'une nouvelle frappe.

18h49 : Le ton est monté à l'ONU entre la Russie et les Etats-Unis. "Les Etats-Unis ont attaqué le territoire souverain de la Syrie. Nous qualifions cette attaque de violation flagrante de la loi internationale et d'acte d'agression", a déclaré le représentant de Moscou à l'ONU, Vladimir Safronkov.

18h39 : La Russie accuse à l'ONU les Etats-Unis d'avoir violé la loi internationale.

18h06 : Voici l'essentiel de l'actualité :

• La police suédoise n'a pas arrêté le chauffeur du camion bélier ayant commis l'attentat à Stockholm, mais elle a diffusé des images de vidéo-surveillance d'un homme qu'elle recherche. Elle n'est pas en mesure de fournir un bilan, mais un porte-parole des services de sécurité suédois a déclaré : "Il y a des morts, et beaucoup de blessés".

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU sont réunis pour discuter de la frappe des Etats-Unis contre la Syrie lancée hier soir après l'attaque chimique qui a fait plus de 80 morts.

Une Roumaine victime de l'attentat de Londres a succombé à ses blessures, annonce Scotland Yard. Le bilan est désormais de cinq morts, plus de deux semaines après l'attaque.

• La France mène 1 à 0 face à la Grande-Bretagne en quarts de finale de la Coupe Davis grâce à la victoire de Lucas Pouille (17e mondial) sur Kyle Edmund (47e) en trois sets 7-5, 7-6 (8-6), 6-3, sur la terre battue de Rouen.

17h13 : Une télévision russe diffuse ces images de la base aérienne de Shayrat qui a été visée la nuit dernière par les frappes américaines.

(REUTERS)

16h30 : Le groupe international de soutien à la Syrie va se réunir d'urgence à l'ONU à Genève aujourd'hui à la demande de Moscou, après la frappe punitive menée hier par les Etats-Unis contre le régime syrien, trois jours après l'attaque chimique sur la ville de Khan Cheikhoun.

15h25 : La Russie - principal soutien au régime syrien avec l'Iran - a demandé cette réunion après avoir dénoncé la frappe américaine comme une "agression contre un Etat souverain".

15h25 : Le conseil de sécurité des Nations unies va se réunir d'urgence vendredi à 17h30 (heure de Paris) pour débattre de la frappe punitive menée hier par les Etats-Unis contre le régime syrien, trois jours après l'attaque chimique.

15h14 : Quelles sont les différentes réactions des candidats à la présidentielle après la frappe américaine contre la base militaire syrienne ? France 2 a compilé leurs déclarations.

14h10 : Où s'est déroulée la frappe américaine en Syrie ? Dans notre article, vous pourrez visualiser notre carte.



(FRANCEINFO)

14h06 : Voici l'essentiel de l'actualité :

Cette nuit, les Etats-Unis ont lancé 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat, en réponse à l'attaque chimique présumée, menée mardi. L'armée syrienne évoque "six morts" et plusieurs blessés. De son côté, l'agence officielle syrienne Sana évoque "neuf civils" tués.

"Agression", "réponse appropriée"... Les réactions internationales sont nombreuses à cette frappe américaine.


L'organisation séparatiste basque ETA va procéder demain à son "désarmement total". Elle a confirmé cette information dans un courrier.

Une Roumaine victime de l'attentat de Londres a succombé à ses blessures, annonce Scotland Yard. Le bilan est désormais de cinq morts, plus de deux semaines après l'attaque.

13h55 : A plusieurs reprises entre 2013 et 2014, Donald Trump a dénoncé la volonté de son prédécesseur, Barack Obama, d'intervenir directement en Syrie. Franceinfo revient sur les trois fois le président américain s'était opposé à une intervention en Syrie.

(CARLOS BARRIA / REUTERS)

13h54 : "Tout ce qu'a entrepris l'Amérique n'est qu'un acte idiot et irresponsable, et révèle sa vision à court terme (...) et son aveuglement sur les plans politique et militaire", dénonce un communiqué de la présidence syrienne au sujet de la frappe américaine contre la base militaire du régime syrien.

13h35 : Hollande et Merkel portent l'entière responsabilité de donner à #Trump le pouvoir solitaire de frapper qui il veut quand il veut.

13h35 : Jean-Luc Mélenchon réagit sur Twitter à la frappe américaine qui a visé la base militaire de Shayrat. Le candidat de la France insoumise pointe la responsabilité du président français et de la chancelière allemande qui donne "à Trump le pouvoir solitaire de frapper qui il veut quand il veut".

13h31 : Bernard Cazeneuve écourte sa visite en Tunisie pour pouvoir être présent au conseil de défense ce soir à l'Élysée.

13h27 : Selon un journaliste d'Europe 1, le Premier ministre écourte sa visite en Tunisie en raison de la tenue d'un Conseil de défense, ce soir à l'Elysée.

13h14 : La frappe américaine qui a visé la base militaire de Shayrat constituent un acte "irresponsable" et "idiot", réagit la présidence syrienne.

12h35 : L'agence de presse syrienne officielle Sana communique un nouveau bilan des frappes américaines qui ont visé la base militaire de Shayrat : "L'agression américaine a provoqué la mort de neuf civils, dont quatre enfants, fait sept blessés et provoqué d'importantes destructions dans les maisons des villages d'Al-Chaayrate, Al-Hamrate et Al-Manzoul", indique Sana. L'agence ne précise pas si ce chiffre inclut le bilan de six morts fourni plus tôt par l'armée syrienne.

12h23 : Le régime syrien porte "l'entière responsabilité" des frappes américaines, estime l'Otan.

12h08 : "Agression" ou "réponse appropriée" ? Quelles sont les réactions internationales à la frappe américaine en Syrie ? Franceinfo les a rassemblées dans un article.

12h02 : Il est midi. Voici les principaux titres de l'actualité :

Cette nuit, les Etats-Unis ont lancé 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat, en réponse à l'attaque chimique présumée, menée mardi. L'armée syrienne évoque "six morts" et plusieurs blessés.

Donald Trump a évoqué "l'intérêt vital pour la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et dissuader la propagation et l'usage d'armes chimiques mortelles". Il n'est pas passé par le Congrès.

L'organisation séparatiste basque ETA va procéder demain à son "désarmement total". Elle a confirmé cette information dans un courrier.

Une Roumaine victime de l'attentat de Londres a succombé à ses blessures, annonce Scotland Yard. Le bilan est désormais de cinq morts, plus de deux semaines après l'attaque.

11h57 : Rares étaient les observateurs qui pouvaient prévoir que Donald Trump frapperait si soudainement. Pour expliquer ce revirement, j'ai interrogé Marie-Cécile Naves, spécialiste du président américain. Selon elle, le président "veut montrer qu'il n'est pas uniquement dans le bluff", mais qu'il est aussi capable d'agir.




JIM WATSON / AFP

11h41 : @Mag Brièvement, voici quelques réactions parmi les candidats à la présidentielle, mais tous n'ont pas encore commenté l'opération militaire.

• Benoît Hamon : "Bachar Al-Assad est directement responsable de la riposte qui a été décidée par les Etat-Unis."

• François Fillon : "Cette riposte américaine, que l'on peut comprendre au vu de l'horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l'Iran. Ce serait un terrible danger pour la paix."

• Marine Le Pen : "Je suis un peu étonnée parce que Monsieur Trump avait indiqué à plusieurs reprises qu'il n'entendait plus faire des Etats-Unis les gendarmes du monde et c'est exactement ce qu'il a fait hier."

• Emmanuel Macron : "Nous avons un ennemi : Daech et l'ensemble des mouvements jihadistes. Le peuple syrien a un ennemi : Bachar Al-Assad."

11h31 : Après la volte-face de Donald Trump sur la Syrie, franceinfo liste les revirements des Etats-Unis sur ce conflit qui déchire le pays depuis 2011.




JIM WATSON / AFP

11h11 : La "réponse" américaine "doit être poursuivie au niveau international", a affirmé François Hollande. En déplacement en Ardèche, le président de la République a également annoncé la tenue d'un Conseil de défense ce soir, à 19 heures.



FRANCEINFO

10h53 : "Frapper un seul aéroport n'est pas suffisant ; il y a 26 aéroports [utilisés par le régime pour] bombarder les civils. Le monde entier doit aider à sauver le peuple syrien des griffes de l'assassin [Bachar Al-Assad] et ses acolytes."

Mohammad Allouche, dirigeant de Jaich Al-Islam et membre du Haut comité des négociations de l'opposition syrienne, réclame d'autres frappes.

10h49 : "Il y a une possibilité d'ouvrir des négociations et de permettre une transition politique en Syrie. (...) Je réunirai ce soir à 19 heures un Conseil de défense."



François Hollande s'est brièvement exprimé après la frappe américaine.

10h36 : Les Etats-Unis ont envoyé une soixantaine de missiles, jeudi soir, sur la base syrienne d'où a été menée une attaque chimique sur la population deux jours plus tôt. Voici ce que l'on sait de l'opération militaire et de ses premières conséquences.




REUTERS

10h22 : "Cette riposte américaine, que l'on peut comprendre au vu de l'horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l'Iran. Ce serait un terrible danger pour la paix."

François Fillon a réagi à la frappe américaine, dans un communiqué.

10h13 : François Hollande et Angela Merkel se sont entretenus au téléphone, ce matin, sur la situation en Syrie. "Assad porte seul la responsabilité de cette évolution", évoque le communiqué conjoint de Paris et Berlin. Les deux dirigeants disent avoir été "préalablement informés" de la frappe par Washington.


09h46 : C'est officiel. La Russie demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

09h35 : La Chine appelle à "éviter toute nouvelle détérioration de la situation" en Syrie après la frappe américaine contre une base militaire syrienne, tout en condamnant "l'usage d'armes chimiques, par n'importe quel pays".

09h22 : Faisons un point sur la situation.

• Une base aérienne ciblée. Cette nuit, les Etats-Unis ont lancé 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat, car Donald Trump soupçonne un avion syrien d'avoir décollé de cette base pour mener une attaque chimique, mardi dernier. L'armée syrienne évoque "six morts" et plusieurs blessés.

• Donald Trump s'adresse à la nation. Le président américain a évoqué "l'intérêt vital pour la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et dissuader la propagation et l'usage d'armes chimiques mortelles". Il n'est pas passé par le Congrès.

• Des réactions contrastées. Washington a reçu le soutien du Royaume-Uni, de la France, d'Israël, de la Turquie, de l'Arabie Saoudite, des opposants de la Coalition nationale syrienne... L'Iran condamne l'opération, tout comme la Russie, qui va demander une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

09h17 : L'armée syrienne annonce "six morts" et plusieurs blessés dans la frappe américaine.

09h18 : "Je suis un peu étonnée parce que Monsieur Trump avait indiqué à plusieurs reprises qu'il n'entendait plus faire des Etats-Unis les gendarmes du monde et c'est exactement ce qu'il a fait hier."

Marine Le Pen, invitée sur le plateau de France 2, n'a pas caché son agacement après la frappe américaine en Syrie.



FRANCE 2

09h02 : En Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis au Moyen-Orient, un responsable du ministère des Affaires étrangères assure que son pays "soutient complètement" la frappe américaine en Syrie.

08h44 : "Il faut maintenant que les Russes et les Iraniens comprennent que soutenir à bout de bras jusqu'à l'ignominie le régime de Bachar Al-Assad, ça ne tient pas, ça n'a pas de sens (...). Il est temps de revenir à ce qui avait été décidé avec eux d'ailleurs, c'est-à-dire les bases de la transition politique qui passe par cette négociation de Genève qui doit être non pas une négociation de façade, mais une négociation profonde, sincère et efficace."


Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, a réagi au micro de franceinfo, en marge d'un déplacement en Mauritanie.

09h05 : Certains exhument des tweets de Donald Trump de 2013, quand les Etats-Unis avaient été tout près d'intervenir militairement en Syrie. Le futur président des Etats-Unis estimait alors qu'un accord du Congrès était indispensable avant d'agir. "Le président doit obtenir cet accord avant d'attaquer. Grosse erreur le cas contraire!"


08h34 : Au contraire de l'Iran... "L'Iran condamne le recours aux armes chimiques, indique le ministre des Affaires étrangères. Mais utiliser ce prétexte pour mener des actions unilatérales est dangereux, destructeur, et constitue une violation des lois internationales."

08h29 : Les réactions diplomatiques continuent de tomber après la frappe américaine. Le gouvernement britannique "soutient pleinement' l'opération militaire.

08h25 : Pentagon releases graphic showing path of plane that took off from Shayrat Air Base to location of chemical attack. http://abcn.ws/2nQVk0j


08h24 : Le Pentagone publie le trajet de l'avion qui a décollé de la base aérienne de Shayrat, mardi, pour mener une attaque chimique présumée. La cible a été choisie pour cette raison, selon l'armée.

08h16 : "Pendant des années, les tentatives pour changer le comportement d'Assad ont toutes échoué, échoué lamentablement..." Voici des extraits de la déclaration de Donald Trump, depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride.



FRANCEINFO