"A travers la population d'Alep, c'est le droit humanitaire international qui est en train d'être tué"

En Syrie, la partie est d'Alep tombe peu à peu entre les mains de l'armée. Peu d'informations filtrent le déroulement des combats. Raphaël Pitti, médecin urgentiste qui a soigné des civils en Syrie, a déclaré sur franceinfo que le droit humanitaire "meurt en même temps qu'Alep".

Des secouristes des \"Casques blancs\" syriens évacuent un blessé après un bombardement à Alep, le 18 novembre 2016.
Des secouristes des "Casques blancs" syriens évacuent un blessé après un bombardement à Alep, le 18 novembre 2016. (BEHA EL HALEBI / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le régime de Bachar Al Assad poursuit, mardi 12 décembre, son offensive contre les rebelles sur Alep-Est. La ville est sur le point de tomber totalement aux mains du régime, mais très peu d'informations sortent de la ville.

Raphaël Pitti, urgentiste, a soigné des civils en Syrie et formé des médecins. Grâce à son réseau de contacts sur place, il est courant des atrocités qui ont été commises ces dernières heures. Pour lui, "le droit humanitaire international qui est en train d’être tué à Alep."

franceinfo : Que savez-vous de qui se passe à Alep ces jours-ci ?

Raphaël Pitti : Des exactions et des exécutions sommaires ont été commises, des enfants ont été brûlés. J'en ai la confirmation grâce au réseau de 7 500 médecins qu'on a maintenant depuis cinq ans en Syrie. Ça a commencé par l’hôpital Al Hayat où des gens, qui fuyaient les zones attaquées, ont pénétré à l’intérieur de l’hôpital, poursuivis par des hommes du régime. Ils ont été massacrés à l’intérieur de cet hôpital.

"L'armée va se défouler sur cette population" selon l'urgentiste Raphaël Pitti
--'--
--'--

Selon vous, le régime syrien est-il passé à la vitesse supérieure dans son offensive ?

Je pense qu’ils sont pressés d'en finir, qu’ils augmentent un peu leur violence sur la population, ils veulent avancer à tout prix et ceux qui les gênent sont tués. On a appris que du personnel médical et des malades avaient été tués. On a parlé en même temps de viol. Il y a eu des maisons qui ont été bombardées, brûlées, les gens n’ont pas pu sortir. Ils ont été brûlés à l’intérieur. C’est une situation maintenant un peu désespérée.

Sur les six quartiers encore debouts, quatre ont été détruits cette nuit. 80 000 personnes sont piégées.

Raphaël Pitti, urgentiste

franceinfo

Selon vous les médecins sont-ils volontairement visés ?

Les médecins sont considérés comme des activistes depuis le début de cette guerre. En Syrie, ils sont systématiquement arrêtés, tués ou torturés. Les hôpitaux étaient détruits dès lors qu’ils prenaient en charge des blessés de guerre. J’ai eu en ligne un chirurgien qui a détruit son ordinateur et brûlé ses livres pour ne pas laisser de traces.

A travers la population d'Alep, c’est le droit humanitaire international qui est en train d’être tué. Manifestement, l'ultimatum humanitaire proposé par François Hollande est passé à la trappe. On peut donc considérer que le droit international est mort avec Alep, comme est morte en même temps l’Europe.