Violée, une Norvégienne écope de 16 mois de prison aux Emirats arabes unis

Marte Dalvev aurait été violée le 6 mars lors d'une sortie entre collègues. Privée de son passeport, elle a été condamnée pour relation sexuelle hors mariage.

Marte Dalvev, le 19 juillet 2013, donne une interview après sa condamnation à 16 mois de prison à Dubaï après avoir été violée.
Marte Dalvev, le 19 juillet 2013, donne une interview après sa condamnation à 16 mois de prison à Dubaï après avoir été violée. (KAMRAN JEBREILI / AP / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La jeune femme pensait faire valoir ses droits en allant porter plainte pour viol. Pour toute réponse, elle a été condamnée à 16 mois de prison, mercredi 17 juillet, par un tribunal de Dubaï. Marte Dalelv, une Norvégienne de 24 ans en voyage d'affaires aux Emirats arabes unis, aurait été violée le 6 mars lors d'une sortie entre collègues. C'est en tout cas ce qu'elle a raconté aux policiers, qui se sont empressés de saisir son argent et de lui confisquer son passeport, rapporte la BBC.

Quatre jours plus tard, la jeune femme a été poursuivie pour comportement indécent (une relation sexuelle hors mariage), parjure et consommation d'alcool. Selon elle, son agresseur a été condamné à 13 mois de prison pour relation sexuelle hors mariage et consommation d'alcool.

Oslo exprime sa stupéfaction

Pour l'instant, la peine n'a pas été exécutée : Marte Dalelv a trouvé refuge à l'église norvégienne de Dubaï, d'où elle a lancé un appel à une aide financière après avoir dépensé ses économies en frais d'avocat. Elle pourrait être rejugée en appel en septembre. D'ici là, privée de son passeport, elle ne peut rentrer dans son pays.

Vendredi, le ministre norvégien des Affaires étrangères, Espen Barth Eide, s'est fait l'écho de sa stupéfaction. "Il semble très étrange qu'une personne qui dénonce un viol soit condamnée pour des actes qui dans notre région du monde ne sont même pas des délits", a-t-il dit à l'agence de presse NTB.

La responsable juridique du ministère des Affaires étrangères, Kathrine Raadim, a toutefois exclu un rappel de l'ambassadeur de Norvège en poste aux Emirats, par peur "d'aggraver la situation" de la jeune femme.