VIDÉO. "Le plus important, c'est la protection des civils" : Raqqa, à l'heure des derniers assauts

Alors que l'Etat islamique est en passe de perdre l'un de ses derniers fiefs en Syrie, la porte-parole de la campagne de Raqqa détaille les objectifs : protéger les civils et repérer les mines posées par l'Etat islamique.  

RADIO FRANCE / GILLES GALLINARO
avatar
Franck MathevonGilles GallinaroRadio France

Mis à jour le
publié le

En Syrie, l'organisation jihadiste Etat islamique est en passe de perdre la ville de Raqqa, l'un des deux fiefs dans le pays. À Aïn Issa, à une soixantaine de kilomètres des combats, les envoyés spéciaux de franceinfo on rencontrée Jihan Cheikh Ahmad, mercredi 27 septembre. La jeune femme, porte-parole de l'opération "Colère de l'Euphrate" lancée il y a un an pour libérer la ville, accepte de détailler les objectifs de la campagne.

À Raqqa, entre 500 à 700 jihadistes résistent encore aux Forces démocratiques syriennes (FDS) qui tentent de libérer la ville. Cette alliance arabo-kurde, soutenue par la coalition internationale, contrôle désormais plus de 80% de cette ville située au centre de la Syrie. "Le plus important, c’est de protéger les civils. Mieux vaut prendre son temps pour libérer Raqqa et éviter un massacre", déclare Jihan Cheikh Ahmad. "Le deuxième objectif, précise la porte-parole de la campagne de Raqqa, est de nettoyer les mines que Daech a disposées partout en ville."

Bientôt, "Raqqa pourra enfin revivre"

Jihan Cheikh Amhmad est originaire de Raqqa. Elle connaît très bien le lieu d'une des batailles symboliques du moment, le carrefour Al-Naïm. "C'est un endroit où on allait tout le temps quand j'étais enfant, se souvient-elle. Sous Daesh, c'est devenu le carrefour de l'enfer. Daesh y coupait les têtes et obligeait les enfants à regarder. Al-Naïm est devenu le symbole de la barbarie de l'Etat islamique."

La porte-parole de l'opération Colère de l'Euphrate se réjouit déjà de la reprise de Raqqa, qu'elle espère imminente. "Je vais crier, je serai si heureuse. Je vais prendre mon arme et tirer en l'air. Raqqa pourra enfin revivre !"

L\'organisation Etat islamique est en passe de perdre Raqqa, ici en août 2017, l\'un de ses derniers fiefs en Syrie.
L'organisation Etat islamique est en passe de perdre Raqqa, ici en août 2017, l'un de ses derniers fiefs en Syrie. (MORUKC UMNABER / DPA)