VIDEO. Hollande appelle à "anticiper les conséquences de la chute de Mossoul"

François Hollande a accueilli, mardi à Paris, les ministres de la Défense de 13 pays de la coalition qui se bat contre le groupe Etat islamique en Irak.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISION
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"La reconquête n'est pas une fin en soi. Nous devons d'ores et déjà anticiper les conséquences de la chute de Mossoul." François Hollande a accueilli, mardi 25 octobre à Paris, les ministres de la Défense de 13 pays de la coalition – sur une soixantaine – qui se bat contre le groupe Etat islamique en Irak.

Il a insisté sur les enjeux politiques, humanitaires et sécuritaires de l'offensive contre la ville, dernier bastion de l'EI en Irak.

Prochaine étape, la reprise de Raqqa

Le président français a par ailleurs appelé à la "vigilance face au retour des combattants étrangers" de l'EI dans leurs pays d'origine, ou face à ceux qui seraient tentés de se replier en Syrie.

Selon des sources françaises, sur les quelque 4 000 à 5 000 jihadistes combattant à Mossoul, il y aurait environ 300 Français. Et autant à Raqqa, la "capitale" de l'EI en Syrie. "Il y aura aussi des terroristes qui se cacheront et qui tenteront aussi d'aller vers Raqqa. Nous devons donc clairement les identifier. Cela passe par un large partage de nos informations et de nos renseignements. C'est une absolue nécessité", a déclaré François Hollande.

Enfin, il a de nouveau appelé les ministres de la coalition à travailler pour "fixer les étapes des prochaines opérations", et particulièrement la reprise de Raqqa. "Si Mossoul tombe, [Raqqa] sera le dernier bastion de Daech. Nous devons faire en sorte que Daech soit détruit et éradiqué partout", a-t-il insisté.