Envoyé spécial, France 2

VIDEO. En Allemagne, la difficile reconstruction des enfants kurdes arrachés à Daech

Ces enfants kurdes sont sortis des griffes de Daech, mais le travail de reconstruction s'annonce difficile. Aucun soutien psychologique n'est prévu pour ces anciens "lionceaux du califat". En Allemagne, loin de leur Irak natal, ils se sentent livrés à eux-mêmes. Un extrait d'"Envoyé spécial".

Voir la vidéo
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Peu d'encadrement et aucun soutien psychologique pour ces enfants kurdes sortis des griffes de Daech. Ni pour Gayat, 12 ans, qui a été soumis à un entraînement militaire et à des cours de propagande. Ni pour son grand frère Rayeb, 15 ans, qui a passé huit mois dans le redoutable camp d'entraînement Al Farouq, à Raqqa. Très ébranlé par cette épreuve, il attendait beaucoup de son installation en Allemagne. "Envoyé spécial" diffusait le 11 mai 2017 un document sur les "lionceaux du califat", dont voici un extrait. 

Un assistant social et une pension de 250 euros 

Tous deux vivent maintenant en collectivité avec une trentaine d'autres réfugiés, à une centaine de kilomètres de Stuttgart. "C'est bien, ici, mais on n'est pas heureux dans cette maison", dit Gayat. "On est les uns sur les autres", ajoute Rayeb.

L'adolescent se sent livré à lui-même malgré le suivi d'un assistant social. Il touche une petite pension mensuelle de 250 euros, mais aurait préféré la percevoir en Irak où vit sa famille, même si le village est occupé par Daech. Le plus jeune semble plutôt heureux d'apprendre l'allemand pour aller à l'école, et il aime bien le marché de Noël de Rottweil, la ville voisine, mais l'aîné s'y sent étranger.

Extrait du reportage "Les enfants perdus du califat", diffusé dans "Envoyé spécial" le 11 mai 2017.

En Allemagne, la difficile reconstruction des enfants kurdes arrachés à Daech
En Allemagne, la difficile reconstruction des enfants kurdes arrachés à Daech (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)