VIDEO. Des jihadistes de l'Etat islamique détruisent des œuvres archéologiques à Mossoul

Cette vidéo de propagande a été partagée sur les réseaux sociaux, jeudi 26 février, mais sa date de tournage reste inconnue.

Voir la vidéo
UER
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les jihadistes de l'Etat islamique ont investi le musée de Ninive, à Mossoul (Irak), à en croire cette vidéo de propagande, pour y détruire des antiquités et brûler des milliers de livres et de manuscrits. Une rare statue d'un taureau ailé assyrien – datée du VIIe siècle avant JC – figure parmi les destructions. "Ces antiquités derrière moi étaient des idoles et des dieux adorés il y a des siècles au lieu d'Allah", lance un homme barbu, selon la traduction d'Associated Press (en anglais).

Ces images ont fait surface sur des comptes de réseaux sociaux affiliés aux jihadistes, jeudi 26 février. Mais elles auraient pu être tournées au début du mois. Nos confrères de Geopolis avaient ainsi évoqué la destruction d'œuvres et de plus de 2000 documents dans la bibliothèque centrale et le musée.

"La culture et la science sont des ennemis féroces" de l'EI

L'Etat islamique "perçoit la culture, la civilisation et la science comme des ennemis féroces", observait alors le député irakien Hakim Al-Zamili, tandis que la directrice générale de l'Unesco condamnait "une étape supplémentaire dans le nettoyage culturel perpétré dans les régions sous le contrôle des groupes extrémistes armés en Irak".

Les jihadistes de l'Etat islamique ne détruisent pas tous les biens archéologiques, puisqu'ils alimentent également un trafic d'antiquités, qui représente une source de revenus non négligeable. Presque 1 800 des 12 000 sites archéologiques irakiens se trouvent dans une région contrôlée par les jihadistes.

Des jihadistes détruisent des antiquités au musée de Mossoul (Irak). Ces images de propagande ont été relayées sur des comptes affiliés à l'Etat islamique.
Des jihadistes détruisent des antiquités au musée de Mossoul (Irak). Ces images de propagande ont été relayées sur des comptes affiliés à l'Etat islamique. (UER / FRANCETV INFO)