Victoire contre Daech : Macron salue les troupes françaises et met en garde

Face aux troupes françaises à Abu Dhabi (Émirats arabes unis), Emmanuel Macron a estimé que la victoire militaire contre Daech en Syrie et en Irak n'était plus qu'une question de mois. Il reconnaît toutefois que cette victoire ne sera pas suffisante pour venir à bout de la menace jihadiste.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le cadre est soigneusement choisi pour une annonce martiale : la base navale française d'Abu Dhabi (Émirats arabes unis). Le chef des armées y salue l'engagement de ses troupes et une victoire contre Daech. Derrière la proclamation, quelle réalité sur le terrain ? De Raqqa, il ne reste effectivement qu'un vaste champ de ruines après un an d'intenses combats et plus de 3 000 morts. La ville qui se voulait capitale du califat est certes tombée il y a trois semaines, mais plusieurs milliers de combattants islamistes ont fui dans le désert.

Des territoires en moins, une influence accrue

Pour le colonel Michel Goya, spécialiste des questions de défense , le groupe terroriste pourra s'y réorganiser et mener une guérilla de harcèlement. "L'État islamique a passé la plus grande partie de son existence dans la clandestinité. C'est quelque chose qu'il connaît, qu'il maîtrise, et dans lequel il va revenir très probablement. Le califat, cette territorialisation, c'est une parenthèse courte dans son existence", explique-t-il. Sur la carte, la démonstration est éloquente. En deux ans, l'État islamique a perdu 80% de ses territoires. Mais dans le même temps, son influence s'est accrue dans le monde. L'annonce du chef de l'État prépare probablement un désengagement français partiel de la zone irako-syrienne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président français Emmanuel Macron, lors de la visite d\'une base navale à Abu Dhabi (Emirats arabes unis), le 9 novembre 2017. 
Le président français Emmanuel Macron, lors de la visite d'une base navale à Abu Dhabi (Emirats arabes unis), le 9 novembre 2017.  (LUDOVIC MARIN / AFP)