Syrie : un attentat près d'un sanctuaire chiite à Damas fait au moins 45 morts

Cette attaque est survenue dans un quartier chiite très peuplé de la banlieue sud de la capitale syrienne, qui accueille de nombreux pèlerins venant notamment d'Iran et du Liban.

Les autorités syriennes inspectent la carcasse d'une voiture après un attentat suicide, à Damas, dimanche 31 janvier 2016. 
Les autorités syriennes inspectent la carcasse d'une voiture après un attentat suicide, à Damas, dimanche 31 janvier 2016.  (LOUAI BESHARA / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique. L'explosion d'une voiture piégée et un double attentat suicide ont fait au moins 45 morts et 110 blessés, dimanche 31 janvier, à Sayeda Zeïnab, le principal quartier chiite de Damas.

L'agence de presse officielle syrienne, Sana, qui cite une source au ministère de l'Intérieur, rapporte qu'une voiture piégée a explosé près d'un garage. Deux kamikazes ont ensuite fait exploser leurs charges alors que les secours arrivaient sur place.

Cette attaque survient alors que des représentants du gouvernement syrien et de l'opposition sont arrivés à Genève pour des pourparlers de paix sous l'égide des Nations unies. 

Un quartier chiite déjà pris pour cible

Alors que l'Etat islamique a revendiqué les attentats dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le Premier ministre Wael Al-Halaki a mis en cause des "groupes terroristes qui cherchent à se remonter le moral après une série de défaites" face à l'armée syrienne.

Sayeda Zeïnab, quartier très peuplé de la banlieue sud de la capitale syrienne, accueille de nombreux pèlerins chiites venant d'Iran, du Liban et d'autres pays musulmans qui souhaitent se recueillir dans le mausolée de Sayeda Zeïnab, petite-fille du prophète Mahomet et fille du premier imam chiite, Ali ben Abi Taleb.

En février 2015, la mosquée, où se trouve le mausolée, avait déjà été la cible d'une attaque suicide qui avait fait quatre morts et 13 blessés au niveau d'un checkpoint près du sanctuaire. Ce même mois, une explosion avait visé un bus de pèlerins chiites libanais se rendant sur le site, tuant au moins neuf personnes dans une attaque revendiquée par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.