Les adolescents isolés de Mossoul

Plusieurs adolescents qui ont fui Daech se retrouvent dans le camp de déplacé de Debaga, près de Mossoul. Là-bas, ils réapprennent à vivre.

Voir la vidéo
Franceinfo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans ce centre d'accueil au sud de Mossoul, une dizaine d'adolescents y vivent. La plupart d'entre eux n'ont plus de famille. Ici, ils réapprennent la vie normale. "Ils nous donnent des cours de cuisine et de pâtisserie. Nous avons un emploi du temps. Chaque jour, deux personnes s'occupent de la nourriture. Aujourd'hui, c'est à moi de cuisiner. Pendant mon temps libre, je travaille et j'apprends plein d'autres choses", raconte Imad, âgé de 17 ans. Pour sauver leur vie, ils ont quitté leurs parents, leur famille et ont trouvé refuge au camp de déplacé de Debaga, près de Mossoul.

Des jeunes toujours traumatisés

Ici, 40 000 personnes ont fui Daech. Les mineurs isolés sont une proie facile pour les milices en quête de nouvelles recrues. Inquiètent, les ONG ont créé ce centre d'accueil au coeur du camp. Les adolescents ont le droit d'écouter de la musique. Après trois ans d'occupation de l'État islamique, ces jeunes restent traumatisés et font des cauchemars toutes les nuits. Selon les Nations unies, il y aurait à Mossoul plus d'un millier d'enfants de moins de 18 ans vivant seuls ou recueillis par des proches.

Un groupe de civils irakiens attend d\'être évacué dans la vieille ville de Mossoul, en Irak, le 10 juillet 2017.
Un groupe de civils irakiens attend d'être évacué dans la vieille ville de Mossoul, en Irak, le 10 juillet 2017. (KHALIL DAWOOD / SIPA / XINHUA)