Le jihadiste français Rachid Kassim visé par une frappe de la coalition contre le groupe Etat islamique

Les autorités françaises et américaines ont indiqué qu'il était "probablement mort" lors de cette frappe, en Irak.

Rachid Kassim dans une vidéo publiée le 20 juillet 2016.
Rachid Kassim dans une vidéo publiée le 20 juillet 2016. (AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Rachid Kassim, un membre français du groupe Etat islamique, considéré comme l'inspirateur de plusieurs attentats en France, a vraisemblablement été tué cette semaine dans un bombardement de la coalition contre le groupe Etat islamique, en Irak, ont rapporté des sources américaines et françaises, vendredi 10 février.

Les autorités françaises et américaines cherchent à confirmer cette information, mais des sources des deux côtés de l'Atlantique ont indiqué qu'il était probablement mort lors de cette frappe. Le Pentagone a en tout cas confirmé qu'il avait été "visé" par une frappe de la coalition près de Mossoul, en Irak, survenue "ces dernières 72 heures".

Il a téléguidé plusieurs attentats en France

Originaire du centre de la France, Rachid Kassim, âgé d'une trentaine d'années, est considéré comme l'un des plus redoutables "cyber-marionnettistes" du groupe Etat islamique, un recruteur capable de diriger depuis l'Irak ou la Syrie des apprentis-jihadistes, pour les conduire à un passage à l'acte meurtrier.

Selon une source française proche de l'enquête, il a été "l'inspirateur" de Larossi Abballa, qui a tué un policier et sa compagne le 13 juin dernier à Magnanville (Yvelines). Il a aussi donné des consignes à Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, les deux assassins d'un prêtre de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen le 26 juillet 2016.

Il était également apparu fin juillet dans une vidéo de propagande de l'organisation Etat islamique dans laquelle il louait l'action du tueur de Nice, sur la Côte d'Azur (86 morts le 14 juillet), Mohamed Lahouaiej Bouhlel.