La justice abaisse l'âge d'interdiction du film "Salafistes" de 18 à 16 ans

Le documentaire controversé sur l'islam radical avait été interdit aux moins de 18 ans par le ministère de la Culture.

Panneau indiquant la direction de Tombouctou, au Mali. Les réalisateurs ont notamment filmé des scènes dans les milieux salafistes maliens.
Panneau indiquant la direction de Tombouctou, au Mali. Les réalisateurs ont notamment filmé des scènes dans les milieux salafistes maliens. (ERIC BERACASSAT / ONLYFRANCE.FR / ONLY WORLD)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La justice a abaissé, jeudi 18 février, à 16 ans l'interdiction du documentaire Salafistes. Le ministère de la Culture avait interdit ce film sur l'islam radical controversé aux moins de 18 ans. "Nous sommes surpris de la décision du juge des référés du tribunal administratif de Paris car nous pensions que le fait d'abaisser l'âge d'interdiction pour un film relevait du pouvoir du ministre de la Culture", a déclaré Jacques Molinié, l'avocat du ministère.

Le tribunal avait été saisi en référé (c'est-à-dire en procédure d'urgence) par les auteurs du documentaire qui contestaient la décision prise le 27 janvier par Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture, d'interdire le film aux mineurs en raison de "l'extrême violence" de certaines scènes diffusées sans commentaires.

Tourné au Mali, en Irak, Algérie, Tunisie et Mauritanie, Salafistes, qui entend montrer les jihadistes "tels qu'ils sont", selon ses auteurs, donne la parole à des responsables d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et à des autorités religieuses salafistes. Il est entrecoupé d'images de propagande et de vidéos jihadistes, sans voix off, ni commentaires et montre de façon très crue l'application de la charia au quotidien.