L'Irak accuse l'Etat islamique d'avoir assassiné au moins 500 Yézidis, dont certains enterrés vivants

Ils auraient été ensevelis dans des fosses communes par les combattants jihadistes.

Des milliers de Yézidis fuient les combattants de l'Etat islamique à travers les monts Sinjar, dans le nord de l'Irak, le 9 août 2014.
Des milliers de Yézidis fuient les combattants de l'Etat islamique à travers les monts Sinjar, dans le nord de l'Irak, le 9 août 2014. (EMRAH YORULMAZ / ANADOLU AGENCY / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le gouvernement irakien accuse, dimanche 10 août, les combattants de l'Etat islamique d'avoir assassiné plus de 500 membres de la minorité yézidie en Irak, avant de les ensevelir dans des fosses communes. Le ministre irakien aux droits de l'homme, Mohammed Shia al-Sudani, dit détenir la preuve selon laquelle des enfants et des femmes yézidis ont été enterrés vivants par les jihadistes.

Le ministre a confirmé qu'environ 300 femmes avaient été capturées afin d'en faire des esclaves.

Des réfugiés parviennent à rejoindre le Kurdistan

Persécutée depuis des siècles, la minorité kurde yézidie est l'une des plus anciennes communauté du nord de l'Irak. Les racines des Yézidis (qui compteraient 500 000 à 600 000 membres) remonteraient à plus de 6 000 ans. Ils sont considérés comme des païens par la loi islamique (charia) et même comme des "adorateurs de Satan" par l'Etat islamique.

Par ailleurs, au moins 20 000 Irakiens réfugiés dans les monts Sinjar pour fuir les jihadistes ont pu s'échapper sains et saufs vers la Syrie avant de revenir en Irak escortés par les forces kurdes, ont indiqué des responsables kurdes.

Un responsable kurde au point de passage de Fishkabour, à la frontière, a indiqué que 30 000 personnes étaient arrivées de Syrie. De son côté, la députée yézidie Vian Dakhil fait état de 20 000 à 30 000 personnes ayant fui et se trouvant désormais dans la région autonome du Kurdistan irakien.