L'Etat islamique affirme que deux des auteurs des attentats du 13 novembre sont Irakiens

L'organisation l'affirme dans sa revue de propagande, Dabiq. 

Des policiers montent la garde devant le Stade de France, le 14 novembre 2015.
Des policiers montent la garde devant le Stade de France, le 14 novembre 2015. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Mis à jour le , publié le

Deux des terroristes qui se sont fait exploser aux abords du Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 13 novembre, demeurent non-identifiés. Selon le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ces deux assaillants inconnus sont de nationalité irakienne.

En dernière page de sa revue de propagande, Dabiq, publiée mardi 19 janvier, le groupe terroriste publie la photo de neuf hommes, présentés comme les auteurs des attaques de Paris.  Alors que plusieurs d'entre eux ont l'adjectif "Al-Belgiki" (le Belge) collé à leur pseudonyme ou Al-Faransi" (le Français), les deux inconnus sont appelés Al-Iraki (l'Irakien). 

Ils avaient de faux passeports syriens sur eux

Tout deux se déplaçaient avec de faux passeports syriens, retrouvés sur les lieux des attaques. Avec ces documents, ils avaient notamment été enregistrés parmi des migrants passés par la Grèce, avant de rejoindre la France. Des appels à témoins avec photo avaient été diffusés pour les identifier, sans résultat.

L'un des faux passeports portait le nom Ahmad Al-Mohammad. Le second, était établi au nom de Mohammad Al-Mahmod. Egalement un faux. 

Perpétrées par au moins neuf jihadistes répartis en trois commandos, les attentats suicide à proximité du Stade de France, les rafales de tirs contre des clients attablés à des terrasses de café et la tuerie dans la salle de concerts du Bataclan à Paris, ont fait 130 morts et des centaines de blessés.