DOCUMENT FRANCE 2. "Quand les gens me voyaient dans les rues, ils avaient peur de moi" : rencontre avec une femme bourreau de l'Etat islamique

Des milliers de femmes ont prêté allégeance à l'Etat islamique, parfois par idéologie, parfois par nécessité.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elles ont rejoint l’organisation Etat islamique. Alors que le groupe terroriste est en difficulté, notamment à Raqqa (Syrie), des femmes membres ont été capturées et emprisonnées. France 2 a rencontré l'une d'entre elles à Erbil, en Irak. "J’ai prêté allégeance à Daech début 2015. Je leur ai juré fidélité et obéissance devant le tribunal de l’organisation, raconte Hafna, 35 ans, ancienne membre de la police des mœurs de l'Etat islamique. Quand les gens me voyaient dans les rues avec mon bandeau de Daech, ils avaient peur de moi, ils s’enfuyaient parce qu’ils savaient que je faisais partie du groupe." 

Elle se trouve maintenant dans les bureaux de la direction de la prison irakienne, où elle purge sa peine de 15 ans. Le regard dur, très nerveuse, elle raconte sa mission au sud de Mossoul : mettre les femmes au pas. "Je devais arrêter les femmes qui respectaient mal la loi islamique. Qui mettaient mal leur voile ou ne portaient pas de gants, ni de chaussettes. Ce n’était pas facile pour moi, mais je devais le faire."

"J’étais payée 400 euros par mois"

Issue d’une famille religieuse d’un quartier populaire, Hafna affirme avoir rejoint l'Etat islamique non pas par fanatisme, mais pour l’argent. "C’était dur pour mes enfants et moi. Pour entrer dans Daech, on m’a donné 700 euros et après j’étais payée 400 euros par mois." Les jihadistes la payaient deux à trois fois plus que le salaire moyen dans ces zones défavorisées. Ainsi Hafna explique pourquoi elle a fermé les yeux sur les crimes dont elle était complice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme qui a rejoint l\'Etat islamique témoigne devant les caméras de France 2, à Erbil en Irak.
Une femme qui a rejoint l'Etat islamique témoigne devant les caméras de France 2, à Erbil en Irak. (FRANCE 2)