INFO FRANCEINFO. Lafarge en Syrie : d’anciens employés réclament l’audition de Laurent Fabius par la justice

La responsable du contentieux de l'ONG Sherpa, défendant d'ex-salariés syriens de Lafarge, estime que "l’État doit être exemplaire", ajoutant que "les juges doivent rechercher son éventuelle responsabilité".

FRANCEINFO
avatar
Elodie GuéguenBenoît CollombatfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L’ONG Sherpa, qui défend des anciens salariés syriens de Lafarge, réclame l’audition par la justice de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de mai 2012 à février 2016. L’association de juristes et d'avocats, partie civile dans l’enquête visant les activités du cimentier Lafarge en Syrie, demande également aux juges d’entendre deux anciens ambassadeurs de France en Syrie.

"La justice française ne doit oublier aucun acteur dans cette affaire, estime la responsable du contentieux de Sherpa, Marie-Laure Guislain. L’État doit être exemplaire, les juges doivent donc rechercher son éventuelle responsabilité." 

Le Quai d'Orsay régulièrement informé

La "demande d’acte" a été déposée cette semaine auprès des juges d’instruction du tribunal de Paris. Depuis juin 2017, trois juges enquêtent sur des soupçons de financement du terrorisme et sur une possible mise en danger de la vie d’autrui des salariés. Onze anciens salariés de l’usine syrienne ont saisi la justice française. La filiale syrienne de Lafarge – le leader mondial des matériaux de construction, quia fusionné en 2015 avec Holcim –, est soupçonnée d’avoir versé de l’argent à des organisations terroristes comme le groupe État islamique entre 2012 et 2014.

Tous les six mois, on allait voir le Quai d’Orsay qui nous poussait à rester

Le directeur général-adjoint de Lafarge

Devant les enquêteurs, plusieurs dirigeants du cimentier affirment que le Quai d’Orsay était parfaitement informé des activités de l’entreprise sur place. Certains ajoutent même que la diplomatie française a poussé Lafarge à rester en Syrie. "Tous les six mois, on allait voir le Quai d’Orsay qui nous poussait à rester. (…) Le Quai d’Orsay dit qu’il faut tenir, que ça va se régler", déclare, par exemple, Christian Herrault, le directeur général adjoint de Lafarge de l’époque.  

De source diplomatique, on conteste vivement cette version. Le ministère des Affaires étrangères aurait "alerté le groupe Lafarge sur les risques encourus à rester en Syrie".

L'État syrien dans le capital de la filiale de Lafarge

Des "risques" qui n'ont pas empêché Lafarge de rester en Syrie. Pour continuer à produire du ciment, la filiale aurait payé des bakchichs à des groupes armés, y compris aux islamistes du groupe État islamique. Ce qui n'a pas empêché l'entreprise d'être liée au régime. Selon les informations recueillies par franceinfo, l’État syrien est entré au capital de la filiale de Lafarge en Syrie, pendant la guerre civile. Le régime de Bachar al Assad a récupéré les parts de la cimenterie que détenait un homme d’affaire syrien, soit 1,33% du capital. Ce montant peut sembler dérisoire, mais ça n’est pas anodin. A l’époque, la France n’a pas de mots assez durs pour condamner le régime de Bachar al Assad, alors que des sanctions internationales visent la Syrie.

L'État français savait-il qu'un encombrant actionnaire était entré au capital de la filiale syrienne de Lafarge ? En septembre 2014, la diplomatie française était au courant, comme le montre un document confidentiel rédigé par le conseiller de l’ambassadeur de France en Jordanie : "Bien qu’ultra majoritaire, Lafarge doit désormais cohabiter avec l’État syrien comme coactionnaire de son usine", écrit le diplomate, qui a compris que le régime de Bachar al Assad a bien un pied dans l’usine française et qui transmet l’information à Paris.

Selon plusieurs experts contactés par franceinfo, cette présence de l’État syrien dans une entreprise française, à l’époque, ne tombe pas forcément sous le coup des sanctions internationales. Mais  c'est l’un des nombreux fils que la justice doit encore démêler. Côté syrien comme côté français, certains pouvaient avoir intérêt à ce que cette usine continue à fonctionner, même en pleine guerre.

Des salariés livrés à eux-mêmes en pleine offensive jihadiste

Lafarge était alors la seule multinationale encore présente pendant la guerre civile en Syrie. Les onze anciens salariés de l’usine syrienne qui ont saisi la justice française estiment que leur employeur les a mis en danger. Notamment en septembre 2014, lorsque la cimenterie est attaquée par des hommes du groupe État islamique.

Ce jour-là, ces salariés ont été livrés à eux-mêmes, estime Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux chez Sherpa : "Aucun plan d’évacuation n’est prévu. (...) Lafarge Paris et Syrie leur donnent l’ordre de rester dans l’usine alors que tous les managers ont mis leurs familles à l’abri et que toute la région a déjà fui, puisqu’ils savent qu’une attaque est imminente. Pourtant, on demande à ces salariés de rester sur place. Ils doivent, deux heures avant l’attaque, fuir par trois véhicules dont une moto, par leurs propres moyens. Ils ont envoyé un mail commun à la direction, indignés, en demandant tout simplement pourquoi Lafarge voulait leur mort."  Lafarge de son côté explique qu’un plan d’évacuation de l’usine était bien prêt. Et que même si les choses ne se sont pas passées comme prévu, il n’y a eu ni mort, ni blessé.

Laurent Fabius, le 10 mai 2017.
Laurent Fabius, le 10 mai 2017. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)