CARTE. Les alliés du groupe Etat islamique dans le monde

Après l'Irak et la Syrie, la Libye semble devenir un terrain d'action important de l'organisation. Ces derniers mois, de nombreuses groupes ont apporté leur soutien, voire ont prêté allégeance au groupe jihadiste qui sévit en Irak et en Syrie.

avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les points noirs représentent des soutiens à l'Etat islamique. Les drapeaux signifient une allégeance à l'organisation. Enfin, les icônes représentent des personnes qui, à titre individuel, se revendiquent de l'Etat islamique.

La Libye est-elle en passe de devenir une nouvelle place forte de l'organisation Etat islamique (EI) ? Le groupe terroriste a revendiqué dimanche 15 février l'exécution de 21 chrétiens d'Egypte dans la région de Tripoli. A Tripoli (Libye), le chaos laisse place aux questions. Fin janvier, déjà, neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été tuées dans une attaque de plusieurs heures revendiquée par l'EI contre un hôtel. Les autorités qui contrôlent de fait Tripoli imputaient, elles, l'attentat à des milices.

"Ce qui est étonnant, c'est que l'EI n'est pas implanté dans la ville de Tripoli. Il se peut que ce soit un groupuscule qui, au moment de passer à l'action, sort le drapeau de l'EI et se revendique de l'organisation", explique Alain Rodier, directeur de recherche au Centre de recherche français sur le renseignement, contacté par francetv info.

Des sous-groupes passés d'Al-Qaïda à l'EI

Ces derniers mois, de nombreux groupes ont apporté leur soutien au groupe Etat islamique, allant pour certains jusqu'à lui prêter allégeance, comme nous le montrons sur notre carte. "Quand une allégeance est rendue publique, elle indique que la personne qui l'a prononcée se place sous l'autorité de l'organisation et agit en son nom, se bat pour elle", rappelle à Slate Dominique Thomas, chercheur spécialiste des mouvements jihadistes à l'EHESS.

Mais, selon Alain Rodier, ces ralliements ne sont pas organisés directement par l'EI : "Pour le moment, l'EI se concentre sur l'Irak et la Syrie. Le groupe n'a aucun réseau à l'étranger et a déjà 8 millions de personnes à gérer. L'Etat islamique n'envoie pas de gens à l'étranger, mais il est toujours content que l'on vienne à lui et que l'on se revendique de l'Etat islamique, cela profite à sa communication."

Quelles sont ces organisations ? "Très souvent, il s'agit de sous-groupes, précise Alain Rodier, et nous ne sommes jamais sûrs que ce soit l'entité globale qui fasse allégeance." Dans tous les cas, ces groupuscules ne sont pas nouveaux. Ils existaient déjà, mais étaient auparavant sous l'influence d'Al-Qaïda. Le dernier exemple en date est celui du groupe jihadiste égyptien Ansar Beit Al-Maqdis, qui a fait allégeance à l'EI le 10 novembre 2014. Il était jusque-là affilié à Al-Qaïda, comme le rappelle Le Monde. Ces ralliements "participent à la concurrence entre Al-Qaïda, le canal historique, et l'Etat islamique", ajoute Alain Rodier.