Mossoul : la reprise de la ville s’annonce difficile

Après la destruction de la mosquée Al-Nouri par les jihadistes de l’État islamique, la chute de Mossoul semble inéluctable. Mais la reprise de la ville ne sera pas pour autant chose facile, d’après le journaliste Franck Genauzeau.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Malgré la destruction de la mosquée Al-Nouri, le groupe État islamique reste déterminé, explique Franck Genauzeau. "Les combattants de l’État islamique ont intégré l’idée que la chute de Mossoul était désormais inéluctable. Et , par cette destruction de la mosquée Al-Nouri, ils veulent faire passer un message : ils se battront jusqu’au bout. Ils sont encore entre 400 et 500 jihadistes retranchés dans la vieille ville de Mossoul. Ils se sont préparés depuis des mois, ils ont miné les rues et les maisons et ils ont créé un réseau de tunnels pour pouvoir se déplacer sous la ville".

100 000 civils utilisés comme boucliers humains

Les civils pourraient être les premières victimes de cette libération, poursuit le journaliste. "Difficile de savoir combien de temps ils peuvent tenir, mais l’assaut final s’annonce difficile pour les forces de la coalition, d’autant qu’il resterait près de 100 000 civils dans Mossoul, dont 50 000 enfants utilisés comme boucliers humains par l’État islamique".

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat irakien marche dans les rues dévastées de l\'ouest de Mossoul (Irak), le 19 juin 2017. 
Un soldat irakien marche dans les rues dévastées de l'ouest de Mossoul (Irak), le 19 juin 2017.  (ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS)