Mossoul : dans la ville en ruine

Après la libération de Mossoul en Irak, on découvre l’ampleur de la destruction et de la désolation.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le


Mossoul (Irak) libérée ressemble à cela : un champ de ruines. Une ville défigurée, dévastée. Des tonnes de gravats. Un paysage gris sordide où flotte l’odeur de la mort. Dans les décombres, les soldats cherchent des survivants mais ils vont probablement trouvé aussi des victimes prises au piège des combats et ensevelis sous leur propre maison.

Une bataille de neuf mois

Il faudra reconstruire : au bas mot, un budget d’un milliard de dollars. Et faire revenir 900 000 personnes. Mais dans un quartier grand comme trois terrains de football, l’heure est encore à la guerre. Des tirs nourris, là où sont retranchés les derniers combattants de Daesh. Ils seraient 200 tout au plus. Pour les déloger, les frappes aériennes de la coalition se poursuivent. Mais déjà, les soldats irakiens fêtent leur victoire. Ils ont payé un lourd tribut dans cette bataille qui aura duré neuf mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Pour venir à bout des dernières poches de résistance de l\'EI à Mossoul, les forces irakiennes doivent redoubler de prudence afin de progresser dans la vieille ville. Les ruelles étroites sont truffées de mines et même les objets ont été piégés par les djihadistes. Pour l\'armée irakienne, les renforts aériens sont par ailleurs devenus inutiles, car inadaptés à la présence de nombreux civils dans la ville. 
Pour venir à bout des dernières poches de résistance de l'EI à Mossoul, les forces irakiennes doivent redoubler de prudence afin de progresser dans la vieille ville. Les ruelles étroites sont truffées de mines et même les objets ont été piégés par les djihadistes. Pour l'armée irakienne, les renforts aériens sont par ailleurs devenus inutiles, car inadaptés à la présence de nombreux civils dans la ville.  (ALAA AL-MARJANI / REUTERS)