EN IMAGES. Irak : la ville de Mossoul libérée après neuf mois de combat face à l'EI

Restée trois ans sous le joug jihadiste, la deuxième ville du pays a finalement été reprise par l'armée irakienne, dimanche. Retour en images sur la libération de l'ex-capitale de l'Etat islamique.

C'est une page d'histoire qui se tourne. Le Premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, a annoncé, dimanche 9 juillet, la libération de la ville de Mossoul, au terme de près de neuf mois de combat.

Sans avoir pour autant détruit la menace jihadiste, la reprise de la deuxième ville d'Irak des mains de l'organisation Etat islamique (EI), constitue une "victoire majeure" pour la coalition internationale. Car le combat a été dur, tout au long de cette "bataille de Mossoul" qui a duré près de neuf mois. Une libération au goût amer tant les habitants, après avoir subi durant trois ans les violences des jihadistes, ont dû faire face à un conflit d'une extrême violence.

Franceinfo revient en images sur les jours qui ont suivi la libération de Mossoul et le drame humain qu'ont découvert les forces irakiennes en pénétrant dans la vieille ville.

1|14
Neuf mois. La bataille de Mossoul a été l'une des plus rudes du XXIe siècle. Le 17 octobre 2016, la première offensive irakienne pour reprendre la ville des mains de l'organisation Etat Islamique (EI), est lancée. AZAD LASHKARI / REUTERS
2|14
Appuyées par la coalition internationale, les forces irakiennes ont livré une bataille intense reprenant la ville parcelles après parcelles comme en février 2017, avec l'offensive vers Mossoul-Ouest. ZOHRA BENSEMRA / REUTERS
3|14
Pour faire faire face à l'EI, les forces irakiennes, composées de plus de 40 000 hommes sur le terrain, ont utilisé un important arsenal appuyé par les frappes aériennes de la coalition internationale.  THAIER AL-SUDANI / REUTERS
4|14
Une grande partie de la population de la vieille ville a dû attendre les ultimes offensives de l'armée irakienne pour fuir, ici le 5 juillet 2017, les quartiers où ils étaient retranchés. AHMAD AL-RUBAYE / AFP
5|14
Les civils piégés dans la ville ont survécu dans des conditions terribles, subissant des pénuries en tout genre et les bombardements. Selon l'ONU, les jihadistes du groupe Etat islamique se sont servis d'environ 100 000 Mossouliotes comme boucliers humains. ERIK DE CASTRO / REUTERS
6|14
Le 8 juillet 2017, la police fédérale irakienne célèbre la reprise de la vieille ville de Mossoul. La victoire finale est proche. AHMED SAAD / REUTERS
7|14
Le lendemain, lPremier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, annonce officiellement la libération de la ville de Mossoul. FADEL SENNA / AFP
8|14
Une victoire amère. Les intenses combats menés face aux jihadistes ont ravagé la ville et les forces irakiennes découvrent l'étendue des dégâts. ALAA AL-MARJANI / REUTERS
9|14
Si les dégâts matériels sont lourds, la catastrophe humanitaire est énorme. Retenus par les jihadistes, les civils ont enduré neuf mois de conflits. Séparés de leur famille, parfois blessés, ils sont victimes de famine et de déshydratation. FADEL SENNA / AFP
10|14
Leurs maisons en ruine, certains, comme cette femme irakienne, attendent d'être redirigés vers une zone sécurisée. FADEL SENNA / AFP
11|14
Un groupe de civils irakiens marche en direction des zones sécurisées dans la vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2017.  KHALIL DAWOOD / XINHUA
12|14
L'acheminement des populations est pris en charge par des véhicules militaires qui ont investi la vieille ville. FADEL SENNA / AFP
13|14
Les forces irakiennes doivent faire preuve de vigilance car, malgré la défaite de l'EI, certaines femmes de jihadistes se dissimulent parmi les réfugiés et tentent de commettre des attentats. KHALIL DAWOOD / SIPA / XINHUA
14|14
Sous le joug des jihadistes depuis des mois, les habitants de Mossoul ont célébré la libération de la ville avec les forces irakiennes. ALAA AL-MARJANI / REUTERS