Macron au Liban pour parler Syrie et réfugiés

Emmanuel Macron fait ses gammes sur le terrain diplomatique. Reçu par l'exécutif libanais à Beyrouth, le leader d'En marche a joué la carte du désintérêt de la primaire de la gauche.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Loin de la France, loin des primaires, le Liban, c'est pour Emmanuel Macron d'abord une façon de se démarquer. À Beyrouth, c'est une stature internationale que le candidat vient façonner. Il enchaîne les rendez-vous pour évoquer la guerre en Syrie et se détache de François Hollande en ne réclamant pas le départ immédiat de Bachar al-Assad.

Les réfugiés, sujet délicat

Au coeur de son déplacement, cette visite dans un centre de réfugiés. Il est accueilli en chansons par les enfants, mais par des questions par les adultes. La France doit-elle accueillir davantage de réfugiés ? Emmanuel Macron ne donne pas de réponses claires. "C'est bien la ligne, celle d'une protection de la France, de sa sécurité, de ses intérêts et en même temps d'un humanisme français que je tiendrai", déclare-t-il. Des réponses parfois évasives. Sur ces questions internationales, Emmanuel Macron préfère pour l'instant avancer à pas de velours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, candidat à l\'élection présidentielle de 2017, à Beyrouth au Liban, le 23 janvier 2017.
Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle de 2017, à Beyrouth au Liban, le 23 janvier 2017. (ANWAR AMRO / AFP)