L'Iran signe un accord pour l'achat de 118 Airbus

François Hollande et Hassan Rohani tiennent une conférence de presse, à l'Elysée, à l’issue du premier voyage officiel du président iranien en France.

Le président français François Hollande rencontre avec son homologue iranien Hassan Rohani à l\'Onu, le 27 septembre 2015 à New York.
Le président français François Hollande rencontre avec son homologue iranien Hassan Rohani à l'Onu, le 27 septembre 2015 à New York. (ALAIN JOCARD / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

La visite en France du président iranien, Hassan Rohani, s'est achevée, jeudi 28 janvier, par la signature d'un accord sur la vente de 118 Airbus à la république islamique, ainsi que d'autres accords économiques avec son homologue François Hollande. A l'issue de leur entretien, les deux dirigeants s’expriment lors d’une conférence de presse, à l'Elysée, que vous pouvez suivre sur francetv info.     

L'Iran vient de sortir de plusieurs dizaines d'années d'isolement, avec l'entrée en vigueur, en janvier, de l'accord nucléaire et la levée des sanctions internationales. Le pays, qui compte 79 millions d'habitants, peut désormais s'ouvrir aux industriels occidentaux.

Le président iranien a appelé, jeudi matin, à "tourner la page" sur les anciennes "rancœurs" pour "ouvrir une relation nouvelle" entre la France et l'Iran. Il souhaite également profiter de "l'atmosphère positive" suscitée par la levée des sanctions pour donner "un nouvel élan" aux relations bilatérales.

La rencontre a été marquée par le retour en Iran du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën. L'entreprise française avait quitté le pays il y a quatre ans, en raison des sanctions internationales. Par ailleurs, d’importants protocoles d'accord ont été signés, notamment entre la SNCF et les chemins de fer iraniens.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #IRAN

19h18 : Si la venue du président de la République d'Iran fait les bonnes affaires d'Airbus, elle n'a pas plu à tout le monde. Quelque 800 personnes ont manifesté aujourd'hui contre la visite de Hassan Rohani. Une mobilisation à l'appel du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), coalition d'opposants en exil dont les plus connus sont les Moudjahidines du Peuple.

(REUTERS)

18h02 : "La France et le peuple français ont une situation privilégiée au sein du peuple iranien. Les Iraniens se souviennent que le peuple français a accueilli l'imam Khomeini en 1978, et le rôle qu'a joué la France dans ces moments est un point important pour le peuple iranien."

18h00 : "L'Iran et la France, deux grands pays qui ont une culture, une histoire et surtout un avenir. (...) [Avec le président Rohani], je voulais parler de tout, sur tout, avec toute la franchise et la responsabilité qui doivent être les nôtres."

17h54 : François Hollande et son homologue iranien Hassan Rohani sont en train de tenir une conférence de presse à l'Elysée. Vous pouvez la suivre dans notre direct.

17h40 : Airbus n'est pas la seule entreprise française qui sort de cette visite iranienne avec le sourire : les géants de la construction Bouygues et Vinci, ainsi que le gestionnaire des aéroports de Paris ADP, ont signé des protocoles d'accord pour y développer trois aéroports.

17h37 : La visite du président iranien Hassan Rohani à Paris a donc été l'occasion de signer un très gros contrat pour Airbus : 118 appareils : 45 A320, 45 A330, 16 long courriers A350 et 12 A380.

17h25 : L'Iran a signé un accord pour l'achat de 118 avions Airbus pour un montant évalué à 23 milliards d'euros.

14h37 : La SNCF et la RAi, les chemins de fer iraniens, ont signé aujourd'hui un protocole de coopération dans quatre domaines dont l'exploitation des gares et le développement de lignes à grande vitesse. C'est ce que détaille l'entreprise française dans un communiqué.

13h04 : Hassan Rohani, le président iranien en visite en France aujourd'hui, a été accueilli à bras ouverts par le gouvernement et les industriels français. Les opposants au régime iranien exilés en France sont, eux, révoltés par cette visite. L'un d'eux, rencontré par le Bien Public, estime que le chef d'Etat iranien est un "criminel".

11h33 : Chaleureusement accueilli par Manuel Valls, Hassan Rohani a reçu un accueil plus glacial de la part des Femen. "Bienvenue Rohani, bourreau de la liberté, ont-elles écrit sur une banderole, près d'une activiste suspendue à la passerelle Debilly, qui enjambe la Seine près de la tour Eiffel.

11h15 : "Nous pouvons ouvrir un nouveau chapitre" dans les relations entre la France et l'Iran, affirme Manuel Valls, devant Hassan Rohani. "L'Iran peut compter sur la France", dit-il, évoquant "des partenariats ambitieux".

11h12 : Hassan Rohani appelle à profiter de l'"atmosphère positive" suscitée par la levée des sanctions. Il souligne les besoins de son pays dans des domaines allant de l'énergie à l'agriculture, en passant par les transports ou encore l'aéronautique.

11h10 : "Oublions les rancœurs."

Reçu au Medef, en présence de Manuel Valls, le président iranien se dit "prêt à tourner la page sur une relation nouvelle entre nos pays", après des décennies de sanctions contre l'Iran.

10h38 : La co-entreprise annoncée par PSA Peugeot-Citroën va pouvoir, dès cette année, contrôler la production de l'usine Iran Khodro de l'ouest de Téhéran. L'usine produisait déjà des véhicules d'ancienne génération Peugeot 405 et 206, avec des pièces locales et chinoises de contrefaçon.

10h44 : PSA Peugeot-Citroën officialise son retour en Iran, en annonçant une co-entreprise avec Iran Khodro, qui pourra investir jusqu'à 400 millions d'euros sur cinq ans.