Gaza : des manifestants ont-ils défilé à Paris avec une kalachnikov ?

France Info révèle dimanche qu'un homme a procédé, en queue de cortège, à un simulacre d'exécution avec un fusil d'assaut. 

Une manifestante tient dans ses mains une Kalachnikov ou une copie de ce célèbre modèle de fusil d'assaut, à l'occasion d'une manifestation à Paris, samedi 9 août 2014. 
Une manifestante tient dans ses mains une Kalachnikov ou une copie de ce célèbre modèle de fusil d'assaut, à l'occasion d'une manifestation à Paris, samedi 9 août 2014.  (CITIZENSIDE/MICHEL STOUPAK /AFP)

Mis à jour le , publié le

Le happening était impressionnant à plus d'un titre. Pendant la manifestation en faveur du peuple palestinien, organisée samedi 9 août à Paris, un homme a procédé à un simulacre d'exécutions sur des enfants, afin de dénoncer la situation à Gaza, où plusieurs centaines de civils ont trouvé la mort depuis le début des frappes israéliennes le 8 juillet. Mais, comme le révèle France Info dimanche 10 août, ce dernier, en treillis, était équipé d'une kalachnikov.

Un "jouet", selon un homme interrogé par la radio, assurant être la personne photographiée sur la photo partagée par France Info.

Sur d'autres photos, cette fois publiées par l'AFP, on aperçoit des manifestants qui brandissent également une arme, ou son immitation, proche du célèbre modèle de fusil d'assaut. "Le procureur de la République de Paris a été saisi et une enquête pour infraction à la législation sur les armes a été ouverte, pour tenter d'identifier l'homme en question", a indiqué RTL dimanche.

"Un jouet pour enfants"

Alors que France Info a précisé que ce dernier était monté dans le camion qui abritait la sono du collectif Cheickh Yassine, une personne se présentant comme l'homme de la photo s'est expliqué au micro de la radio : "C'est un jouet acheté au magasin pour enfant il y a deux jours", a-t-il assuré. "J'ai même la facture".  

Cité par France Info, l'expert judiciaire en armement Jean Huan a reconnu un modèle proche de la kalachnikov AK-47. "Que ce soit un vrai ou une copie, c’est absolument interdit", a-t-il expliqué à l'antenne de la radio, ajoutant que jamais il n'avait eu connaissance de la présence d'une telle arme, réelle ou factice, dans le cadre d'une manifestation en France. 

De son coté, l'homme cité par France Info assure que la mise en scène est "sécurisée" et que les armes sont rangées "dans les cartons après chaque scène."

Pas de heurts et une faible affluence

La mobilisation s'est sensiblement essoufflée au cœur de l'été malgré la reprise des hostilités à GazaA Paris, le cortège de 3 500 personnes selon la police, jusqu'à 8 000 selon les organisateurs, s'est dispersé dans le calme aux Invalides. Le week-end dernier, les manifestants parisiens étaient entre 11 500 et 20 000 selon les sources.

Un important dispositif de sécurité avait été déployé alors que plusieurs manifestations, non autorisées celles-là, avaient dégénéré en violences fin juillet à Paris et Sarcelles, en banlieue nord de la capitale. Mais selon France Info, qui cite la préfecture de police, les policiers, "informés de la présence de ce qui semblait être une Kalachnikov dans un véhicule (...) n'en ont pas trouvé trace."