Les listes des partis islamistes, dont les Frères musulmans, ont remporté plus de 65% des voix au premier tour des législatives en Egypte, selon des chiffres fournis par le secrétaire général de la Haute commission électorale.

Quel est le détail des résultats ?

Les listes de l'influente confrérie, du parti salafiste Al-Nour et du parti Wassat (islamistes modérés) ont remporté 65,25% des voix pour cette première phase des législatives marquant la rupture avec l'ère Moubarak, selon ces données officielles.

Le parti des Frères musulmans --le Parti de la liberté et de la justice (PLJ)-- a remporté 36,62% (3,5 millions de voix), Al-Nour 24,36% (2,3 millions) et le Wassat 4,27%, (environ 416 000 voix) lors de ce premier tour organisé dans un tiers des gouvernorats, notamment les deux plus grandes villes, Le Caire et Alexandrie. Le Bloc égyptien, une coalition libérale a obtenu 13,35% (1,2 million de voix). Les libéraux sont les grands perdants de ce premier tour.

Et maintenant ?

Au deuxième tour, qui débute lundi, les mouvements islamistes tenteront d'améliorer encore leur score pour confirmer leur domination du futur Parlement.

Mais une rude bataille est attendue au sein même de ce camp, avec un duel entre les candidats des Frères musulmans et ceux d'Al-Nour pour une partie des sièges attribués aux scrutin uninominal. Nouveaux venus sur la scène politique, les salafistes ont créé la surprise en talonnant les Frères musulmans, la force politique la mieux organisée dans le pays.

Quand seront connus les résultats définitifs ?

L'élection, la première depuis la chute du président Hosni Moubarak en février, doit s'étaler jusqu'en janvier pour la chambre des députés, puis jusqu'en mars pour la Choura (Sénat). La Haute commission électorale n'annoncerait le nombre de sièges attribués à chaque liste qu'après la fin, le 10 janvier, des élections à la chambre des députés dans tous les gouvernorats.

Au total, 498 sièges sont en lice à la chambre basse du Parlement, dont les deux tiers sont alloués à la proportionnelle sur la base des listes présentées par les partis, le dernier tiers revenant à des candidatures individuelles.