Le zoo de Gaza avait déjà peint des ânes en zèbres, celui de Khan Younès empaille maintenant ses pensionnaires morts de faim. Tigre, lionne, singe, porc-épic et flamant rose ont retrouvé leurs enclos... après être passés par la case taxidermie. Ces attractions empaillées coûtent beaucoup moins cher à entretenir que leurs congénères vivants : un avantage non négligeable dans cette enclave palestinienne surpeuplée et fréquemment sujette aux pénuries.

Un enfant caresse un animal empaillé au zoo de Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 18 avril 2012.
Un enfant caresse un animal empaillé au zoo de Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 18 avril 2012. (FTVI / APTN)